Parking à Bruxelles: une application pour louer la place devant son garage

L'application Pasha devrait être disponible au mois d'août et le système opérationnel en septembre.
2 images
L'application Pasha devrait être disponible au mois d'août et le système opérationnel en septembre. - © pasha

Louer la place libre devant votre garage : c'est le principe de Pasha, une start-up bruxelloise.

Pasha a identifié quelque 60.000 places disponibles devant des garages. Une signalétique intelligente permet d'indiquer la plaque d'immatriculation de l'automobiliste désireux d'occuper l'emplacement, moyennant un paiement au propriétaire. Reste encore à convaincre les possesseurs de garage de l'intérêt du système.

Au sens propre, Pasha ne loue pas de place de parking mais une signalétique connectée composée d'un écran. Pour 2,5 euros par mois, le propriétaire reçoit une signalétique à apposer sur son garage avant de la sous-louer à l'automobiliste à la recherche d'un emplacement pour sa voiture.

Bien sûr, le service est payant. Comptez 80 cents de l'heure dans une zone orange. Sur cette somme, la commission de Pasha se chiffre à 50%.

500 emplacements espérés

C'est le propriétaire du garage qui fixe la plage horaire pendant laquelle il autorise le stationnement. Comment cela fonctionne en pratique ? "Ici, on m’offre par exemple de rester jusqu’à 18h. Moi, je ne compte rester que jusqu’à 14h. Au moment où on paie, on introduit son numéro de plaque et là, jusqu’à 14h, ce sera mon numéro de plaque minéralogique qui sera affiché sur la porte du garage", nous explique Pierre Van Nieuwenhove, le concepteur de Pasha.

L'application devrait être disponible au mois d'août et le système opérationnel en septembre. Pasha espère débuter avec 500 emplacements. Le seuil de rentabilité est fixé autour des 1500 garages.

Comme tout système, Pasha comporte des failles : il n'est pas en mesure de sanctionner les automobilistes qui restent garés plus longtemps que prévu. A terme, les concepteurs comptent sur les notifications des utilisateurs pour exclure ceux qui abuseraient du système.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK