Parfum de nostalgie pour le dernier salon des arts ménagers avant les travaux

Les démonstrations, autrefois centraux dans le folklore du salon, disparaissent peu à peu.
2 images
Les démonstrations, autrefois centraux dans le folklore du salon, disparaissent peu à peu. - © Tous droits réservés

C'est une institution pour tous les Carolos et au-delà. Le troisième plus grand salon belge en terme de fréquentation (150 000 visiteurs/an) va battre son plein durant tous les congés. Il ne présente plus de nouveautés dans ses vitrines mais continue d'attirer et de distiller un léger parfum de naphtaline.

Les démonstrateurs sont toujours là. Les gadgets ou objets pour faciliter votre quotidien, votre travail en cuisine aussi. Ses tapis bleus ont été foulés par presque tous les habitants de la région, le salon des arts ménagers: un monument: "C'est la tradition voilà, justifie Kevin. On vient pour les produits mais aussi pour l'ambiance, voir les gens". "Moi j'ai acheté mon billard, mes volets ici... , insistent Philippe et Annie qui viennent plus que régulièrement depuis près de 20 ans. Je préfère voir, toucher plutôt que d'acheter en ligne comme tout le monde".

Car s'il reste très populaire, c'est presque une question de folklore parfois. Autrefois, il était le rendez-vous immanquable, générait en 12 jours près d'"un milliard de francs belges (25 millions d'euros) d'achats directs ou indirects" lors de son apogée dans les années 80. 

La der' pour trois ou quatre ans? Pour toujours?

Mais voilà, la télévision, que le salon faisait découvrir à ses visiteurs dans les années 50-60 a déferlé dans les foyers. Internet étrangle à son tour la télévision. Le salon, qui fut jadis à la pointe, a désormais deux voire trois guerres commerciales de retard. Mais il n'est pas aveugle, ni borné: "On le sait, l'actualité, c'est le digital, précise Bernard Pays, directeur général de Charleroi Expo. Alors nos forces aujourd'hui c'est plutôt cette capacité de toucher, de sentir, de solliciter les sens en mettant en avant les produits de bouche, l'ambiance familiale". Alors exit les télévisions dernier cri. Circulez, il n'y a rien à voir si vous pensez trouver la toute dernière nouveauté. 

Le salon n'a pas tellement changé, les visiteurs ont pris de l'âge aussi cette année, la nostalgie plane encore davantage. Dès 2018 prochaine, le salon déménage vers Courcelles le temps de rénover l'honorable et délabré palais de 40 000m² et il n'y a à ce stade aucune certitude sur un retour d'ici quelques années: "Nous allons voir, s'il marche là-bas, près de l'autoroute, que les gens répondent présent, pourquoi revenir nécessairement? On ne sait même pas si nous allons récupérer la gestion des lieux quand arrivera le nouvel appel d'offre". Pour les habitués, les fidèles, les exposants parfois présents depuis 60 ans... Cette idée est impensable. Leur salon reviendra.

 

Le salon des arts ménagers, c'est du 28 octobre au 12 novembre

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK