Parc éolien Greensky en Hesbaye: les premières éoliennes sont en construction à Gingelom

A Gingelom, l'érection des premières éoliennes est en cours
A Gingelom, l'érection des premières éoliennes est en cours - © RTBF

Trois éoliennes sont en cours d'installation à Gingelom (Limbourg) en bordure de l'autoroute E40 et de la ligne TGV. Le début de la concrétisation d'un des plus grands parcs éoliens en projet en Belgique avec 25 éoliennes. La plupart seront érigées en Flandre, mais le parc enjambera la frontière linguistique. Côté flamand, il y aura sept éoliennes à Gingelom et neuf à Landen (Brabant Flamand). Et côté wallon, cinq à Lincent (Province de Liège), deux à Hannut (Province de Liège), une à Orp-Jauche (Brabant Wallon) et une à Hélécine (Brabant Wallon).

L'autre grande particularité de ce parc, c'est qu'il permettra d'alimenter directement trois lignes de chemin de fer (la ligne à grande vitesse Louvain-Liège, la ligne classique Louvain-Liège et la ligne Landen-Hasselt). La proximité du poste à haute-tension d'Infrabel, le gestionnaire du réseau ferré, installé à Avernas, sur la commune de Hannut, a en effet été mise à profit. Les éoliennes seront raccordées à cette sous-station électrique. Richard Marcelis, ingénieur en chef chez Infrabel: "Notre installation fonctionne avec l'énergie qu'on capte du réseau d'Elia. Dès que les éoliennes ici seront en service, il y a également de l'énergie qui viendra de ce parc, c'est ça qui fait la particularité de cette situation. C'est vraiment unique, il est rare de trouver en pleine campagne des transformateurs de cette puissance. On parle ici de puissance qui vont jusque 60 mégawatts, c'est déjà une ville d'une certaine taille qu'on pourrait alimenter avec ces transformateurs. C'est à ma connaissance exceptionnel, pour ne pas dire unique, qu'on raccorde des éoliennes directement sur le réseau ferroviaire."

Alimentation des particuliers

Mais l'électricité verte produite ne sera pas uniquement utilisée par le chemin de fer. "Non, déjà par le fait que la production éolienne n'est pas toujours synchronisée avec le trafic ferroviaire.", explique Richard Marcelis, "Le système d'Elia permet de distribuer cette énergie vers d'autres utilisateurs." Ainsi, environ les deux tiers de l'électricité verte produite par les sept éoliennes de Gingelom seront consommés par le réseau ferroviaire et le surplus, soit environ un tiers donc, sera injecté dans le réseau électrique pour l'alimentation des particuliers.

Par ailleurs, la sous-station d'Infrabel continuera évidemment à être alimentée par Elia: pas question que les trains s'arrêtent quand les éoliennes ne tourneront pas. Richard Marcelis: "C'est clair que quand il n'y a pas de vent, il faut quand même assurer le trafic."

Le promoteur de ce parc éolien est la société coopérative Greensky qui associe Electrabel (50% des parts), Infrabel (10%), la Ville de Sint-Truiden (Saint-Trond) (23%) et l'intercommunale bruxelloise d'électricité IBE (17%). L'installation des trois premières éoliennes est donc en cours à Gingelom. Le chantier avait débuté l'automne dernier par l'aménagement des voiries d'accès. Luc De Rijck est le chef de projet pour Electrabel: "C'est des éoliennes assez classiques d'une puissance de 2 mégawatts. La nacelle est à une hauteur de 100 mètres. Les pales vont jusqu'à une hauteur de 150 mètres. C'est un projet global qui dans un premier temps se compose de 25 machines et peut-être encore des extensions allant jusqu'à un maximum de 33 machines. Les sept premières sont en construction. La partie "Lincent" sera fort probablement pour 2016 et la partie "Landen" suivra directement après."      

Dans la possible extension du parc à 33 éoliennes évoquée, les huit machines supplémentaires seraient toutes installées en Flandre, à Landen et à Gingelom. Le parc est à cheval sur deux Régions, quatre provinces et six communes. "Ça a compliqué les choses", confesse Luc De Rijck, "mais on va aboutir et pouvoir réaliser le projet, dans son entièreté, on espère."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK