Cinquantenaire: les canons près de l'entrée du Musée de l'Armée ont été retirés

Cinquantenaire: les canons près de l'entrée du Musée de l'Armée ont été retirés
Cinquantenaire: les canons près de l'entrée du Musée de l'Armée ont été retirés - © Tous droits réservés

Ces machines d'artillerie lourde sont célèbres pour avoir pris sur leurs dos quantité d'enfants, qui ont usé leurs fonds de culotte sur ces canons, vestiges de la première guerre mondiale.

Leur disparition récente est une désagréable surprise pour les habitués des lieux. Pour le comité de quartier de Tervueren-Montgomery, plus qu'une décoration, ces canons étaient même un symbole.

"Tout ça jette le trouble. Surtout quand on constate que ça a été fait pendant les vacances de Carnaval, dans la "pénombre", commente Charles Six, membre du comité. Je suis interpellé en tant que citoyen. Et je ne suis pas le seul. Car leur enlèvement a provoqué un certain émoi dans le quartier."

De l’émoi mais aussi des craintes…

Notamment celle de voir le musée bruxellois se vider peu à peu de ses plus belles pièces, dans le cadre du redéploiement en cours des collections de l'armée.

Une pétition a d'ailleurs été lancée en soutien au musée du Cinquantenaire. Elle rassemble aujourd'hui plus de 10 000 personnes.

Mais du côté de la direction, on dément toute mauvaise intention. Les roues des canons en bois d'époque menaçaient de s'effondrer sur les visiteurs, explique Oger Pochet, général à la retraite et directeur du Musée royal de l'Armée. "J’ai vu des photos passer, avec des enfants sur les canons… J’en ai eu des sueurs froides ! J’ai donc fait évacuer les canons dans les meilleurs délais. Je vais soit les remplacer par d’autres canons, soit par un véhicule blindé (…) Mais à un moment donné, il fallait faire quelque chose. Je n’allais quand même pas les laisser là pour faire plaisir aux gens !"

Les deux canons sont actuellement restaurés au camp militaire de Brasschaat. Malgré cela, le comité Tervueren-Montgomery continue de craindre qu’ils ne reviennent jamais au Cinquantenaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir