Par rapport à 2010, il y a aujourd'hui 33% de SDF en plus à Bruxelles

73% des SDF recensés seraient des hommes (illustration).
73% des SDF recensés seraient des hommes (illustration). - © Flickr

De plus en plus de personnes vivent dans les rues de Bruxelles. C'est le constat que tire la Strada, le centre d'appui au secteur bruxellois d'aide aux sans-abri. Une nuit de novembre dernier, 160 bénévoles ont recensé le nombre de mal logés dans la capitale. Ils étaient 2603, dont plus de 400 à dormir dans la rue. Cela représente une augmentation de 33% par rapport au dernier recensement de 2010. Une hausse qui s'explique en partie par une amélioration des techniques de comptage, mais pas seulement.

Laurent Demoulin est le directeur de Diogène, une ASBL qui vient en aide à ceux qui n'ont que la rue pour se loger. Un public en hausse à Bruxelles puisqu’ils étaient 262 en 2008, 329 en 2010 et 412 selon le recensement de novembre 2014. La difficulté d'accès au marché locatif privé est plus que jamais en cause à Bruxelles. Selon lui, "Il est extrêmement compliqué d’accéder à un logement décent avec un revenu d’intégration social. Par ailleurs, le logement social est saturé. Introduire une demande, c’est la perspective d’un logement social d’ici plusieurs années alors que les habitants de la rue sont dans des logiques de survie à court terme."

Une autre piste avancée pour expliquer l'augmentation du sans-abrisme, à Bruxelles ces dernières années, est son internationalisation. Jean-Michel Sorel peut en témoigner, ce travailleur de rue à la maraude de Saint-Josse constate un changement notable dans le profil des 150 sans-abris qui fréquentent régulièrement son institution, "l’immigration est un phénomène continu dit il, et s’y est ajouté la question des Roms qui sont dans des lieux où règne la promiscuité et qui les poussent, malgré qu’ils aient un toit, à aller dans la rue dans la journée ne fût-ce que pour respirer."

Une dernière tendance inquiétante à épingler, à Bruxelles, une personne sans-abri ou mal logée sur 5 est mineure d'âge.

Jérôme Durant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK