Palais de justice de Namur et Dinant: les bourgmestres s'impatientent

Le palais de justice de Dinant en 2006
Le palais de justice de Dinant en 2006 - © Archive BELGA/MICHEL KRAKOWSKI

Les bourgmestres de Namur et Dinant ont écrit au Premier ministre: un courrier dans lequel il est question d'inquiétudes à propos de la construction des nouveaux palais de justice. Tant à Dinant qu'à Namur, la décision a pourtant été prise en 2005. Mais dans les faits, côté wallon rien ne bouge.

Les engagements budgétaires pour Namur et Dinant sont décidés au niveau fédéral, mais cela ne suffit plus. Ce que veulent comme engagements les deux bourgmestres c'est un calendrier de démarrage des travaux. Maxime Prévôt, bourgmestre de Namur, explique à la RTBF: "On ne peut plus se permettre d’être chaque fois reporté aux calendes grecques. Et on a besoin maintenant d’une réponse qui soit ferme et d’un engagement qui soit clair sur le début rapide des travaux".

Huit ans d'attente depuis la décision de principe en 2005 : cela suffit, disent les deux bourgmestres qui s'inquiètent aussi de rumeurs indiquant que, depuis 2005 le coût des travaux et des matériaux a bien augmenté. Ce qui nécessiterait de recalculer tous les budgets, avec le nouveau retard qu'on imagine.

Deux poids, deux mesures

Des palais de justice à l'horizon 2018, c'est inacceptable disent les deux hommes. Et de pointer du doigt ce qui ressemble à un deux poids, deux mesures : "On ne peut pas concevoir que des projets de palais soient en rade du côté wallon à Namur et à Dinant, alors même que la totalité de ces deux budgets représenterait moins de la moitié de ce qui a été dépensé pour le seul palais de justice d’Anvers" s’étonne Maxime Prévôt.

Le bénéfice de l'urgence est donc demandé par courrier au Premier ministre. Sous peine de voir surgir bientôt un nouveau problème communautaire.

Patrick Michalle

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK