PAD Hermann-Debroux: Auderghem partage la vision mais émet plusieurs réserves

PAD Hermann-Debroux: Auderghem partage la vision mais émet plusieurs réserves
PAD Hermann-Debroux: Auderghem partage la vision mais émet plusieurs réserves - © perspective.brussels

Transformer toute la zone comprise entre le carrefour Léonard et le carrefour Delta. Voilà en une ligne l'ambition du Plan régional d'aménagement directeur Herrmann-Debroux. Avec en point d'orgue la suppression du viaduc pour laisser la place à un boulevard urbain. L'enquête publique se clôture le 9 décembre. Mais Auderghem va déjà remettre son avis ce jeudi après avoir consulté les habitants. Un avis positif mais dans lequel, la commune exprime plusieurs réserves.

Améliorer la qualité de vie, reconnecter les quartiers coupés par une autoroute urbaine, faire la part belle aux piétons et aux cyclistes... La vision inscrite dans le Plan d'aménagement directeur (PAD), correspond bien à celle de la commune. " C’est la commune d’Auderghem qui porte le projet depuis plus de dix ans. On doit repenser la ville autrement pour les dix, vingt, trente prochaines années " affirme Didier Gosuin, le bourgmestre. " On doit ne plus permettre des autoroutes qui fracture une ville. C’est le projet auderghemois. Et on peut remercier le gouvernement régional d’avoir suivi cette demande. Mais ce n’est pas pour ça que nous validons à 100 pour cents l’épure ".

Quelques réserves et inquiétudes

La vision c'est une chose, sa mise en œuvre une autre. C'est là que la commune émet une série de réserves et demande à la Région de revoir sa copie. D'abord en maintenant l’option d’une prolongation du métro vers l’Adeps. Pour les habitant consultés, c'est la meilleure solution.

Il faut ensuite réduire les gabarits des futures constructions, les calculer à partir du sol et supprimer toutes possibilités de dérogation. " Quand on négocie et qu’on appelle à la participation, il faut être clair et ne pas laisser au gouvernement le choix de pouvoir encore déroger ultérieurement alors que le PAD a été arrêté. En faisant cela, on crée l’incertitude ".

La Région a fait les choses à l’envers car, hélas, le rapport d’incidence est arrivé après le plan lui-même

La commune demande aussi à la Région d’appliquer l’ensemble des recommandations du rapport d’incidences environnementales dans le volet stratégique. " °La Région a fait les choses à l’envers car hélas, ce rapport d’incidence est arrivé après le plan lui-même ce qui est, pour moi, un vice de forme. Il faut donc maintenant réconcilier les deux sinon il risque d’y avoir une faiblesse juridique ".

Pour la commune, il faut encore augmenter la surface des parcs publics, et singulièrement celle du parc du site Demey de manière à pérenniser les jardins collectifs de la rue de la Vignette. Et enfin, conditionner le développement des sites le long du boulevard urbain à sa mise en œuvre et à des solutions de mobilité. " Il faut d’abord avoir une offre crédible, notamment avec le RER. Nous disons aussi qu’il faut d’abord faire les infrastructures et après développer les projets immobiliers. Parce que sinon, on aura l’immobilier mais peut-être jamais l’infrastructure souhaitée. Il faut travailler avec ordre et méthode ".

Auderghem plaide enfin pour le la Région ne fige pas tout définitivement. "Pour un certain nombre de dossiers, je crois que l'on doit garder le champ ouvert. Car c'est un projet à 10, 15 ans.  On ne peut pas aujourd'hui en 2020 dire ce qu'il va se passer en 2030 ou 2035". 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK