Pablo Diaz, le policier fédéral américain, Gilles de Péronnes-lez-Binche

Pablo Diaz, Chapeau de gilles
4 images
Pablo Diaz, Chapeau de gilles - © Luciano Arcangeli

Pablo Diaz est américain, d'origine portoricaine, et il participera ce dimanche au Carnaval de Péronnes-lez-Binche, dans la société de Gilles "Les sans rancunes"... Un moment rare dans le folklore régional, que nous avons partagé avec l'intéressé, au moment de l'essayage du costume et du fameux chapeau de Gilles, dans une maison bien connue de Binche.

Ils vous accueillent comme si vous faisiez partie de leur propre famille

Dans la vie de tous les jours, Pablo est un policier fédéral, basé à Washington D.C., et c'est via sa famille, installée en Belgique, qu'il a découvert la région du Centre et ses traditions. Nous le retrouvons chez le louageur, c'est ici que les Gilles viennent louer et essayer leur costume. 

"J'aime la tradition, j'adore voyager et découvrir la culture et nous avons beaucoup appris, avec un livre d'histoire sur le carnaval, j'adore aussi l'accueil que tous ces gens nous réservent. Ils ne se préoccupent pas de savoir si vous venez du coin ou pas, ils vous accueillent comme si vous faisiez partie de leur propre famille, quand on est ici avec eux". 

Les sabots et les douleurs aux pieds c'est probablement la partie la plus rude

Le carnaval, il y participe pour la deuxième fois et ce qu'il redoute le plus c'est le long parcours, la longue journée chaussé de sabots en bois... 

"Les sabots et les douleurs aux pieds c'est probablement la partie la plus rude. Mais quand on est dans l'ambiance on oublie la douleur et on y va, on s'amuse avec les amis, j'apprends la langue, je rencontre de nouvelles têtes, j'aime la musique qui est aussi fantastique, les rythmes, les tambours, les trompettes, c'est très cool de vivre le Carnaval". 

Et si on lui demande un petit mot français pour qualifier son carnaval, Pablo l'Américain ne se fait pas prier: "Très magnifique, Très magnifique..."


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK