Ouverture des commerces le dimanche: la promotion tombe à l'eau

On sait que la ville de Liège en obtenant le statut de ville touristique a la possibilité de permettre aux commerçants du centre d'ouvrir le dimanche. C'est déjà le cas à Spa, Hasselt ou encore Masstricht. Liège voulait même accompagner ces ouvertures dominicales d'une campagne de promotion. Il en était question au conseil et c'est pour cela que la CNE a voulu redire son opposition à cette forme de dérégulation sociale.

"Pour la majorité des travailleurs qui travaillent dans une commission paritaire où il n’y a pas de supplément pour travailler le dimanche et pas de représentation syndicale, ce n’est vraiment pas du volontariat et il n’y a pas de rapport de force vis-à-vis de l’employeur, explique Brigitte Streel, permanente CNE. Ou on accepte les conditions de travail, ou il y en a assez d’autres qui attendent pour avoir un emploi. Mais là où c’est structuré et où il y a des représentants syndicaux, les travailleurs ne veulent pas non plus, parce qu’il y a déjà des dimanches qui ont été négociés dans le cadre du secteur et qu’ils ne veulent pas aller au-delà. Le dimanche n’est pas à vendre".

Maggy Yerna, échevine du développement économique. "Il y a eu à peu près 1300 courriers qui ont été adressés. Deux tiers vers le commerce traditionnel, un tiers vers l’horéca. Nous avons reçu 20% de réponse venant du commerce traditionnel et 5% à peine de l’horéca. Quand on dépouille ce nombre très peu significatif de réponses, on renvoie dos à dos les partisans et les opposants puisque c’est 50-50. C’est vraiment un coup d’épée dans l’eau. C’est difficile pour nous de faire une campagne de promotion. Ce serait une dépense inutile et nuisible à l’image et à la crédibilité que nous voulons donner. Je renvoie un peu la balle dans le camp des commerçants en disant : vous n’avez pas voulu de notre initiative, je la range provisoirement dans le tiroir". Une campagne de promotion qui devait coûter 18 000 euros par dimanche.

Françoise Dubois

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK