Oupeye: 84 moutons et 2 boucs sauvés de l'abattage illégal (vidéos)

Ce jeudi 8 août, en début d’après-midi, les inspecteurs vétérinaires de l’AFSCA et les policiers de la zone Basse-Meuse ont sollicité les refuges pour animaux de ferme afin de prendre en charge 84 moutons et deux boucs dans la commune d’Oupeye. 

Les moutons allaient être mis à mort au sein de l’exploitation, ce qui est formellement interdit dans le cadre d’une exploitation commerciale, comme le précise l'association Animaux en Péril dans un communiqué. 

L’intervention, qui a duré plusieurs heures, a été menée par les soigneurs professionnels et bénévoles des refuges d’Animaux en Péril, du Rêve d’Aby, d’Animal sans Toi… t, d’Equichance et d’Help Animals.

Les animaux ont été chargés dans les vans des associations, pour finalement rejoindre leurs refuges respectifs. Ils seront placés en quarantaine quelque temps pour y être soignés.

Images: Animaux en péril 

Deux moutons n’ont pas survécu

Les moutons détenus par l’individu mis en cause étaient destinés à l’abattage à domicile dans le cadre de l’Aïd el-Kebir qui débute ce dimanche.

Un acte d’abandon volontaire des animaux a été signé par le propriétaire et les services de police ont dressé un procès-verbal dans le cadre de la législation sur le bien-être animal. Effectivement, certains moutons sont dans un état sanitaire correct mais d’autres souffrent d’infections et de parasitisme sévères.

Un des ovins est décédé sur place, un autre est mort dans les bras d’une bénévole et un autre encore a été emmené d’urgence chez le vétérinaire le plus proche pour y être sauvé in extremis.

Le propriétaire des animaux, un agriculteur-marchand amateur, était déjà dans le collimateur des inspecteurs vétérinaires de l’AFSCA. Il avait déjà fait l’objet de mesures à son encontre pour des faits identiques, commis en 2014.

Images: Animaux en péril 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK