Oui aux ULM de Cerfontaine près des lacs de l'Eau d'Heure

RTBF
RTBF - © RTBF

L'aérodrome de Cerfontaine peut accueillir des ULM. C'est la décision qu'a prise le ministre wallon de l'Aménagement du territoire. Saisi du dossier par un recours de l'exploitant, le ministre Philippe Henry autorise les ULM à voler alors que la commune avait refusé d'octroyer le permis.

Au final, la commune n'aurait pas dû se prononcer car l'exploitant était déjà en règle. Le dossier remonte à l'année 2009. Le gestionnaire de l'aérodrome de Cerfontaine, qui à l'époque permet aux ULM comme à d'autres types d'engins de voler sur son site, reçoit un courrier de la Région wallonne. L'administration régionale lui signifie que l'autorisation dont il dispose depuis 2003 n'est pas valable pour les ULM. L'exploitant demande donc une régularisation de son permis à la commune. Et là, ca coince. En décembre dernier, la commune de Cerfontaine refuse de lui octroyer le permis. L'aérodrome introduit donc un recours auprès du ministre wallon de l'Aménagement du territoire, l'Ecolo Philippe Henry.

L'argumentation de l'exploitant est suivie par le fonctionnaire technique et par la Sowaer, la société wallonne des aéroports. Un solide tir groupé qui atteint rapidement sa cible puisque le ministre ne tarde pas à réagir. Et non seulement Philippe Henry annule la décision de la commune, mais dans le même temps, il désavoue son administration puisqu'il affirme que le permis octroyé 2003 est toujours bien valable pour accueillir des planeurs, des parachutistes mais aussi des ULM.

En clair, la situation de l'aérodrome est parfaitement légale, depuis le début. Une position qui soulage l'exploitant, mais qui irrite la commune. Pour le bourgmestre de Cerfontaine, Christophe Bombled, (MR), ce dossier, c'est du temps et de l'énergie perdus. Le bourgmestre en colère n'envisage pas de recours mais espère trouver un modus vivendi avec l'exploitant, afin de limiter malgré tout les nuisances au maximum pour les riverains.

Pierre-Yves Millet et Laurence Lenne

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK