Ottignies : le premier aiguillage du RER wallon a enfin été posé

C’est une étape importante pour le projet du RER wallon : un morceau du premier des cinq aiguillages de la ligne entre la gare d’Ottignies et la bifurcation de Louvain-la-Neuve a été installé ce mercredi en présence du ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet, et du ministre wallon Philippe Henry.

Le trafic ferroviaire entre Ottignies et Gembloux ainsi qu'entre Ottignies et Louvain-la-Neuve sera interrompu du samedi 13 au dimanche 21 février. La SNCB et Infrabel profitent des vacances de carnaval pour poser les bases de la mise à quatre voies du tronçon de 2,5 kilomètres reliant la gare d’Ottignies à la bifurcation vers Louvain-la-Neuve dans le cadre du RER wallon. Depuis samedi, 300 travailleurs et une douzaine d’engins de chantiers œuvrent pour la phase de terrassement de l’assise des aiguillages. La pose des voies se fera quant à elle en juin, mais il faudra attendre fin 2023 pour que le tout soit opérationnel. 

Ottignies, gare chargée

Avec Namur, la gare d’Ottignies est la plus chargée de la ligne en termes de trafic ferroviaire. Infrabel et la SNCB ont donc décidé d’en faire une priorité. Pour rappel, le projet du RER wallon vise à doubler la capacité du trafic ferroviaire sur deux axes : les lignes 161 Bruxelles-Ottignies et 124 Bruxelles-Nivelles. "L’idée est donc de séparer le trafic lent du trafic rapide pour que les trains qui s’arrêtent dans les petites gares ne perturbent pas les trains qui circulent uniquement entre Ottignies et Bruxelles" précise Henri Vandeputte, responsable "Tuc Rail", entreprise en charge du projet. L’ajout de voies supplémentaires permettra ainsi aux trains directs de circuler sur des voies dédiées pendant que les trains omnibus emprunteront les deux autres voies.

Perturbations sur le réseau ferroviaire

Le projet du RER wallon est cependant loin d'être terminé. De nombreux autres tronçons dans d'autres villes sont encore à construire. Si bien que les travaux devraient s'étaler sur une dizaine d'années. Mais pas de panique pour les voyageurs. Les perturbations seront rares et de courtes durées. Il a été décidé, en accord avec la SNCB et dans le cadre des travaux pour le RER, qu’il n’y aurait pas plus d’une coupure de maximum 9 jours par an.

►►► À lire aussi Chantier du RER en Brabant wallon: l'ancienne gare de Waterloo sera démolie ce week-end

Il faudra donc prévoir une perturbation similaire en novembre 2022 sur la ligne Ottignies-Louvain-la-Neuve et à Pâques 2023 sur la ligne Ottignies-Bruxelles. Selon Henri Vandeputte : "L’objectif est de concentrer les travaux sur une plus longue période, plutôt que d’avoir plusieurs petites coupures." En attendant, tous les trains circulant entre Ottignies et Louvain-la-Neuve sont remplacés par des bus. Quant aux trains circulant entre Bruxelles et Namur, une déviation est mise en place entre Ottignies et Namur, ils ne s’arrêteront donc pas à Gembloux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK