Ottignies: à la clinique Saint-Pierre, il n'y a plus qu'un seul patient covid en soins intensifs

La Belgique est passée sous la barre des 500 lits de soins intensifs occupés par des patients Covid, soit l’un des seuils fixés en comité de concertation pour poursuivre les assouplissements cet été. Mais dès à présent, certains hôpitaux peuvent relâcher la pression. C’est le cas dans le Brabant wallon notamment.

En effet, à la clinique Saint-Pierre d’Ottignies, on respire enfin : sur les 15 lits disponibles aux soins intensifs, un seul est encore occupé par un patient Covid. "Ceci témoigne de la baisse de l’activité Covid de notre institution, bien sûr, confirme le docteur Marco Vinetti, responsable des soins intensifs. Ça nous permet de pouvoir augmenter notre offre de soins pour les patients non Covid, et ça a notamment permis la reprise de l’activité chirurgicale."

Les chiffres sont bons actuellement mais l’infrastructure Covid restera encore en place. "On n’est pas à l’abri, malheureusement, d’une reprise de la circulation du virus. Il est possible qu’après les vacances, une quatrième vague se présente ; espérons-le de moindre importance."

Du côté du personnel infirmier, Covid ou pas, le quotidien est intense. "La vie a repris comme avant, mais pas nécessairement comme un long fleuve tranquille, parce qu’un patient de soins intensifs nécessite toujours une surveillance intense, explique Sandrine Pirson, infirmière en chef. Et les patients ont toujours, même s’ils n’ont pas le virus du Covid, d’autres pathologies tout aussi importantes et nécessitent donc une surveillance et des soins adaptés."

Descendre sous le seuil des 500 lits, c’est fait ! Reste donc désormais la seconde condition pour lancer le plan été : que 80% des personnes fragiles aient reçu leur première dose de vaccin. Ce chiffre devrait être atteint dans une semaine, juste à temps pour le prochain Codeco.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK