La Louvière : opération séduction de l'armée à l'Institut Saint-Joseph

Un hélicoptère se pose à côté de la cour de l'Institut Saint-Joseph à La Louvière.
Un hélicoptère se pose à côté de la cour de l'Institut Saint-Joseph à La Louvière. - © rtbf-Grégory Fobe

L’hélicoptère se pose devant 2.000 élèves rassemblés sur un terrain d’herbe à côté de la cour. Les élèves des maternelles sont impressionnés. Les plus grands gardent l’air moqueur qu’aiment afficher les adolescents. Les portes s’ouvrent et un élève sort de l’hélicoptère escorté par deux militaires. Exercice de protection d’un VIP pour ce chanceux qui a été tiré au sort. Les groupes défilent ensuite devant l’hélicoptère et les profils Instagram font le plein de nouvelles photos. L’armée peut compter sur la ferveur des jeunes à se montrer devant l’engin pour partager sa communication.

Le message du jour est souligné par la directrice Aurore Tourneur : "L’armée ce n’est pas que la guerre et des soldats. Quand on sait qu’il faut 70 métiers autour d’un avion, ça montre toutes les possibilités d’emplois qui s’ouvrent au sein de la Défense." Dans la foule, les élèves sont dubitatifs. Oscillant entre "mission impossible pour moi, je ne suis pas sportive" et "Non, jamais, je n’ai pas envie de mourir". Une adolescente glisse tout de même qu’elle devra demander l’autorisation de ses parents avant de prendre sa décision.

L'armée c'est partir à l'aventure

L’armée mise toujours sur sa promesse d’aventures. Le major Dimitri Louvrier joue la carte de la séduction. "Vous pouvez être amené à travailler dans le nord de l’Europe ou dans les pays chauds au Sud. Votre cadre de travail peut changer en fonction de vos missions." Des ateliers et rencontres se multiplient ensuite l’après-midi. De quoi susciter l’une ou l’autre vocation ? Question posée au privilégié du jour. Lui qui a pu monter dans l’hélicoptère. Rêve-t-il d’une carrière à la Défense ? "Pas du tout. J’ai déjà mon métier. Je suis dans l’enseignement technique et je me spécialise dans l’usinage pour devenir tourneur fraiseur." Cible manquée cette fois. Mais l’armée vise surtout à marquer les esprits et à rappeler qu’elle est une possibilité de carrière. Et ça, c’est réussi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK