Opération de contrôle des camions: le premier objectif, c'est la sécurité

Un policier tente de trouver l'aimant qui modifie les données du tachygraphe
2 images
Un policier tente de trouver l'aimant qui modifie les données du tachygraphe - © rtbf

Une importante opération de contrôle des camions a lieu ce mardi à Bruxelles. Une cinquantaine de personnes étaient mobilisées sur deux sites à Berchem-Sainte-Agathe et à Woluwe-Saint-Lambert. Des policiers, des douaniers mais aussi des agents du SPF mobilité et du contrôle des lois sociales. Priorité :  vérifier le temps de repos des chauffeurs.

Dans la cabine de ce semi-remorque, deux policiers s'affairent et fouillent chaque recoin. " On a trouvé des indices qui laissent à penser que ce conducteur espagnol a fraudé " explique l’agent Neefs, du service circulation de la zone de police Montgomery. " On pense qu’il a mis un aimant sur le générateur d’impulsion du camion. Ce qui fait enregistrer de la pause au tachygraphe alors qu’il est occupé à rouler. Si ça se trouve, il arrive d’Espagne en ayant roulé toute la nuit alors que son tachygraphe indique qu’il est au repos. Malheureusement, on voit de plus en plus ce type de fraude. Et ça devient dans le même temps de plus en plus difficile à déceler car les techniques évoluent. Je ne vais pas dire qu’on est une guerre en retard, mais il faut constamment se mettre à jour ".

Sécurité routière

Le premier objectif de ce type d’opération, c’est la sécurité routière. "En quelques heures, on est tombé sur plusieurs personnes qui conduisaient sans carte dans le tachygraphe, mais aussi sans licence chauffeur et même sans permis de conduire", rajoute Frédéric Misson, responsable du service circulation à la zone de police Montgomery.

À Woluwe-Saint-Lambert, une vingtaine de camions ont été passés au crible. Et presque tous étaient en infraction pour au moins un motif. "C’est un secteur problématique. Et ça concerne tout le monde, car ces camions roulent sur les routes avec les autres usagers. Il en va donc de la sécurité de chacun. Pour nous c’est donc une priorité", précise Sibille Boucquey, substitute à l'auditorat du travail de Bruxelles qui chapeaute l'opération. "Et ce n’est pas parce qu’il n’y a pas ou pas beaucoup d’autoroutes à Bruxelles que c’est un secteur que l’on doit oublier. Au contraire". Des actions de ce type sont d'ailleurs organisées régulièrement sur le territoire de la Région.

Contrôle des lois sociales

Autre objectif : vérifier le statut social des chauffeurs et des éventuels accompagnants. Ce mardi matin, l’un des chauffeurs contrôlés déclarait être salarié. "Pour vérifier, il me suffit d’introduire son numéro national dans notre système", explique Alain Baiverlin, agent au contrôle des lois sociales. "Ce qui m’intéresse c’est de savoir si aujourd'hui, au moment du contrôle il est effectivement déclaré. Eh bien non. Je ne trouve rien. Cette personne travaille au noir. Il se déclare salarié or, il n’a plus jamais été déclaré à l’ONSS depuis 2017".

Son employeur risque au minimum une amende ou éventuellement des poursuites judiciaires s'il a des antécédents.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK