"On s'est barricadés dans une salle de gym": la fusillade de Liège vécue par les enfants

Plusieurs écoles se situent non loin du lieu de la fusillade qui a fait quatre morts, dont l'assaillant, à Liège ce mardi matin. "Les enfants des écoles du quartier sont sains et saufs et en sécurité", a indiqué la Ville de Liège qui a précisé qu'un numéro vert, le 0800 94 000, a été mis à disposition des citoyens.

Pour Michaël Dantinne, criminologue au centre d'étude sur le terrorisme et la radicalisation à l'Université de Liège (ULg), "nous sommes peut-être passés à côté de quelque chose d'encore plus grave", car, dit-il, l'auteur de l'attaque termine "sa trajectoire dans une école (...) vous imaginez là le nombre d'enfants qui auraient pu être victimes", a-t-il commenté dans notre édition spéciale. 

"Donc, on va aussi certainement analyser la réactivité des forces de l'ordre qui ont peut-être empêcher, non pas que la chose survienne, mais en tout cas qu'elle ne s'aggrave. C'est, je pense, une action qui doit être saluée."

"Nous avons eu peur. Tout le monde pleurait"

Aux abords de ces écoles, les enfants sont sous le choc et racontent cette matinée mouvementée. Les parents, eux, sont arrivés inquiets mais soulagés.

"Nous étions en train de jouer au foot, explique un enfant, et, directement, nous avons entendu un 'boom'. C'était l'arme. Tous les profs ont dit : 'Bougez, bougez'. Nous sommes donc passés vers les locaux des plus petits, nous sommes rentrés par la fenêtre et nous sommes venus dans l'autre école."

"Nous avons entendu une bombe, nous avons eu peur. Tout le monde pleurait. On ne se sentait pas bien", confie une petite fille. "Après, on a pu respirer et on a reçu de l'eau, c'était bien."

"Nous nous sommes barricadés dans une salle de gym"

Un garçon raconte encore qu'avec ses camarades ils se sont "barricadés dans une salle de gym" d'une autre école : "On a mis des matelas devant les fenêtres pour qu'il ne tire pas. On a attendu là une heure. Après, les profs nous ont dit que la police avait déjà tout fait et on était bien".

Une maman témoigne enfin de l'émotion qui a été la sienne au moment de venir chercher ses enfants : "Le plus important, c'est que les enfants soient en vie, c'est ça qui compte. On va rentrer à la maison maintenant, et je vais essayer de leur trouver un jeu pour essayer de leur faire oublier. Heureusement, qu'ils n'ont pas vu l'action, c'est le plus important. On va rentrer...".

>>> À lire aussi: Les vidéos des événements

>>> À lire aussi: Des témoins racontent

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK