Nouveau palais de justice de Namur: feu vert pour le marché public

Nouveau palais de justice de Namur
Nouveau palais de justice de Namur - © Atelier d'Architecture de Genval

Le Conseil des ministres a donné son feu vert, ce vendredi 23 décembre 2016, pour le lancement d'un marché public pour le nouveau palais de justice de Namur. Dans sa nouvelle mouture, le projet représente une enveloppe conséquente, on parle d'environ 101 millions d'euros.

Le palais prendra ses quartiers à la place du parking des casernes. Les travaux de démolition et d'aménagement du site ont commencé mi-novembre. Le temps pressait, le permis arrive à terme le 17 janvier 2017. Il fallait impérativement entamer les travaux de construction avant cette date sous peine de devoir recommencer toute la procédure. Une fois le marché public attribué, la construction du bâtiment à proprement parler pourra débuter, soit pas avant les congés du bâtiment.

L'échevine Anne Barzin se réjouit de cette nouvelle décision qui va permettre "la concrétisation de ce projet attendu tant par les autorités judiciaires que communales". Le projet est en effet attendu depuis de nombreuses années mais toujours repoussé. A l'heure actuelle, "l’état du palais de Justice de Namur ne permet plus de travailler dans de bonnes conditions en termes de sécurité, d’hygiène, d’archivage ou d’entreposage des pièces à conviction" précise l'échevine.

Un projet de grande ampleur

Le projet a grandi ces derniers mois. Toute la chaîne pénale de la province sera rassemblée au palais de justice de Namur. Une décision prise sous l'impulsion du président du tribunal de première instance Dominique Gérard : "Cette proposition va dans le sens du master plan qui sera proposé par le gouvernement et qui vise une rationalisation de la justice". Cette décision n'est pas sans conséquence. Le budget estimé du projet namurois passe de 80 à 101 millions. Le projet a encore pris du retard. Et puis, troisième conséquence, et pas des moindres, le projet dinantais est mis au frigo...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK