Nouveau centre hospitalier à Glain: le permis sera déposé ce vendredi

Projet du futur hôpital - rendu final entrée.
Projet du futur hôpital - rendu final entrée. - © AAH - CHC

C'est une étape importante dans le projet de création d'un méga-hôpital sur le site de l'ancien charbonnage Patience et Beaujonc à Glain. Ce vendredi, le CHC déposera la demande de permis unique pour la construction de cette clinique qui regroupera les activités de 3 établissements : St-Joseph, St-Vincent de Rocourt et l'Espérance à Montegnée. La maquette de ce nouvel hôpital vient d'être dévoilée.

Beaucoup de blanc symbole de santé, du gris pour rappeler le passé minier, et une architecture qui se veut pratique et conviviale. Voilà à quoi ressemblera le futur centre hospitalier de Glain. Alain Javaux, le directeur général du CHC, détaille ce méga-projet: "L'hôpital disposera de deux grandes ailes. Une première aile concentrera l'hospitalisation adulte. La seconde aile sera, elle, dotée de deux pôles : un pôle mère-enfant d'une part, et un pôle psychiatrie d'autre part. En termes de dimensionnement, c'est un hôpital qui va intégrer 717 lits d'hospitalisation classique. Environ 2000 travailleurs travailleront quotidiennement sur ce site qui sera pourvu également d'une importante capacité en parking qui dépassera les 2000 places. En termes de superficie globale, c'est-à-dire dans l'ensemble des étages, on va déployer 100 000 mètres carrés".

250 000 consultations et 4500 accouchements chaque année, l'implantation d'une telle clinique signifiera pas mal de va et vient. Un nouvel échangeur autoroutier sera d'ailleurs construit pour fluidifier le trafic.

Si le calendrier est respecté, les travaux débuteront dès l'année prochaine. L'inauguration est prévue en 2016.

Ce vaste projet de 260 millions d'euros s'accompagnera de la création d'au moins 650 logements et d'une nouvelle zone d'activité économique.

Quant à la reconversion des sites actuels de St-Joseph, Rocourt et Montegnée, les bâtiments seront mis en vente, et certains détruits. Mais l'échevin liégeois de l'urbanisme Michel Firket le reconnaît :  il n'y a pas encore de solution sur la table.

M. Hildesheim

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK