NOMAD, futur instrument d'étude de l'atmosphère martienne, testé à Liège

NOMAD entre les mains des techniciens du CSL
2 images
NOMAD entre les mains des techniciens du CSL - © RTBF

Etudier l'atmosphère martienne à la recherche de traces de vie. Ce sera la tâche de NOMAD, un des instruments scientifiques qui sera embarqué à bord de la sonde ExoMars TGO. Cette sonde quittera la terre en janvier 2016. NOMAD a été élaboré par un consortium européen dirigé par la Belgique. Il subit actuellement des tests au Centre Spatial de Liège.

Nonante pourcents de NOMAD ont été réalisés dans notre pays. Douze entreprises belges y ont pris part. L'entreprise OIP d'Audenarde est contractant principal pour la gestion principale du projet et la construction des canaux infrarouges, ainsi que l'intégration de tous les canaux.

Les autres partenaires belges sont Lambda-X à Nivelles, AMOS à Liège, Thales Alenia Space Belgium à Charleroi, Vaskon à Menin, Deforche engineering à Dadizele, ES Tooling à Genk, Isalas à Eke, VREC à Mazenzele, CONSERD à Gand, B&A engineering à Saint-Trond et donc le CSL, le Centre Spatial de Liège, où NOMAD est actuellement soumis à des tests. Il sera ensuite livré à l'Agence Spatiale Européenne le 15 avril prochain pour l'assemblage final sur le satellite ExoMars.

Ann Carine Vandaele, de l'Institut d'Aéronomie Spatiale de Belgique, est la responsable du projet NOMAD : "L'objectif principal, c'est de mieux comprendre Mars. Comment est-ce que la vie aurait pu y apparaître ? Est-ce qu'il y a encore aujourd'hui des traces de vie ? NOMAD va faire une cartographie de la composition de l'atmosphère de Mars, donc essayer de déterminer de la manière la plus précise possible quelles sont les espèces présentes dans l'atmosphère, en quelles quantités, quels sont leurs cycles, par exemple, d'où est-ce qu'elles proviennent, de la surface, de réactions chimiques. Il dispose de trois spectromètres, deux fonctionnant dans l'infrarouge et un dans l'ultraviolet. Donc avec ces trois spectromètres, on peut couvrir une très large gamme spectrale, et donc un très grand nombre de molécules qui absorbent la lumière du soleil."

NOMAD subit donc en ce moment une série de tests au Centre Spatial de Liège. Thierry Chantraine est le directeur général du CSL : "Il y a plusieurs tests de validation. Le plus important et le plus spectaculaire c'est celui qu'on appelle le test "thermal-vac", on recrée le vide spatial dans nos cuves et puis on crée autour de l'instrument l'environnement thermique qu'il va rencontrer. En fonction de la présence du soleil, de sa vision au soleil, vous avez des gradients de température extrêmement importants qui peuvent agir et puis qui peuvent bouger en fonction de la rotation. Il est très important de vérifier que l'instrument va fonctionner avec ces gradients de température. Il a subi une autre campagne de tests, qui un test de vibrations. Les tests de vibration servent à vérifier que l'instrument est capable de survivre au décollage. Il a subi un autre test qui est un test de compatibilité électromagnétique, ça on l'a fait en collaboration avec un laboratoire de l'Université de Liège, et un dernier test, qu'on a du faire en Allemagne, parce que nous ne sommes pas encore équipés de l'équipement nécessaire, mais c'est en cours, c'est un test de choc. Quand la fusée lâche sa charge utile dans l'espace, c'est un système pyrotechnique qui dégage la charge de la coiffe, c'est un choc, il faut aussi vérifier que la charge va résister à ce choc."  

En plus de la réalisation de ces tests, le Centre Spatial de Liège a contribué au programme en réalisant quelques sous-systèmes optiques et une partie de l'assemblage.

Le lancement de la sonde ExoMars aura donc lieu en janvier 2016. Le voyage vers Mars durera neuf mois. Neuf autres seront nécessaires pour que le satellite gagne son orbite finale. Les mesures scientifiques sont attendues à partir de juillet 2017. Elles sont actuellement prévues pour une durée de deux années martiennes, soit quatre années terrestres. Cette mission annonce et prépare une seconde qui doit partir en 2018 et qui enverra sur le sol martien un module équipé d'un robot. 

Martial Giot   

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK