NLMK Clabecq: les progrès engrangés par les syndicats n'ont pas convaincu la base

Le blocage du site NLMK à Clabecq dure depuis 3 semaines
Le blocage du site NLMK à Clabecq dure depuis 3 semaines - © RTBF

Le travail n'a pas repris chez NLMK à Clabecq et le piquet de grève installé devant l'entreprise n'a pas été levé ce jeudi après-midi. En assemblée générale, les syndicats ont pourtant tenté de convaincre le personnel qu'ils avaient obtenu des avancées concrètes lors des discussions avec la SOGEPA (l'actionnaire public qui détient 49% du capital) et la direction de NLMK. "En négociation, on obtient jamais 100% des revendications", nous avait confié Mattéo Villani, délégué principal FGTB, juste avant l'AG. "C'est toujours une question de compromis. Il faut aussi pouvoir lâcher un peu de lest". En l'occurrence, les syndicats n'ont pas obtenu le retrait pur et simple du volet salarial, comme le réclamait la base, mais le plan a été fortement adouci: le gel des salaires et de l'index, initialement prévu, n'est par exemple pas maintenu. Mais l'assemblée générale a renvoyé les représentants du personnel discuter avec la direction sans que cesse le blocage de l'usine.

Assemblée chahutée

"Nous pensions avoir obtenu un certain nombre d'éléments pour les travailleurs qui resteront dans l'usine après la restructuration mais le personnel nous a demandé ce qu'on comptait faire pour ceux qui devront partir. A ce stade, c'est tout de même 290 personnes et il est relativement normal que les gens soient inquiets. Oui, on peut dire que l'assemblée a été chahutée. Le piquet de grève n'est pas levé et nous retournons discuter avec la direction", confirmait jeudi après-midi le permanent CSC-METEA, Lahoucine Ourhibel.

Dans la nuit de mardi à mercredi, plusieurs véhicules appartenant à NLMK Clabecq avaient été volontairement incendiés près du piquet de grève. Une enquête judiciaire a été lancée concernant ces faits.

La grève sur le site de Clabecq est en cours depuis trois semaines.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK