NLMK Clabecq: arrêt de travail suite à l'annonce de 290 suppressions d'emplois

Les travailleurs de NLMK Clabecq vont se croiser les bras jusque lundi 14h. Un arrêt de travail vient d'être décidé. Une réaction à l'annonce de la direction qui va supprimer 290 emplois.

290 emplois supprimés, soit une personne sur deux; voilà le bilan de l'annonce des suppressions d'emplois chez NLMK Clabecq dans le Brabant wallon. Une annonce qui vient confirmer les craintes de la CSC. La direction l'a confirmé lors d'une conférence de presse à la suite d'un conseil d'entreprise extraordinaire qui s'est tenu ce matin à 9h. Un arrêt de travail a donc été décidé jusque lundi prochain 14h, heure à laquelle une assemblée du personnel est prévue. 

L’information est donc confirmée par la direction. NLMK va donc se séparer de 290 employés sur le site de Clabecq. Parmi les travailleurs touchés: 240 ouvriers, 50 employés et cadres. La direction qui ne précise pas encore la nature des départs. Il y aurait cependant quelques départs en prépension mais peu. 

Un plan douloureux mais nécessaire selon la direction qui évoque un contexte économique défavorable dans le monde : surproduction de l'acier, protectionnisme américain... Les pertes annuelles de NLMK sont estimées à 50 millions d'euros par an. 

Une information qui vient confirmer les craintes de la CSC. Christian Guldentops, permanent CSC chez NLMK Clabecq parle de "sentiment de violence" après cette annonce. "Nous allons à partir de maintenant rentrer dans la procédure Renault. Il faut se rappeler qu'il y a une première phase d'information et de consultation. Maintenant nous allons entendre le plan industriel proposé par l'employeur et nous proposerons des alternatives à ce qui est proposé par l'employeur". 

Un conseil extraordinaire se déroulait ce matin au siège de l'entreprise à Clabecq. Des forces de l'ordre étaient prévues sur place pour éviter tout débordement. Pour l'instant, aucun employés ni officiers de police ne sont présent devant le siège de l'entreprise. 

NLMK n'est pas en bonne santé financière. L'entreprise emploie aujourd'hui 580 personnes. Un tiers d'entre elles risquent de perdre leur emploi. A noter que parmi les actionnaires d'NLMK, il y a la Sogepa, le bras financier de la Région wallonne.

NLMK en difficulté

Les difficultés, c'est quelque chose qu'on connait depuis longtemps chez NLMK. La réunion de ce jeudi rappelle de mauvais souvenirs. Avant de passer sous pavillon russe, NLMK Clabecq s'appelait les Forges de Clabecq : fleuron industriel de la Wallonie, l'un des meilleurs laminoirs d'Europe, avec 5000 travailleurs dans les années 70. Jusqu'au drame social dans les années 90, avec la faillite.

Le site reprend vie quelques années plus tard avec Duferco, avec moins de travailleurs. En 2006, les Russes intègrent le navire.

Aujourd'hui le site de Clabecq n'est qu'un maillon de la grande chaîne de NLMK, premier producteur mondial de blocs d'acier, avec le site de La Louvière et de Manage. Et pour le géant russe, Clabecq ne serait pas assez compétitif.

En un peu plus de 10 ans sous NLMK, les travailleurs ont connu des restructurations, mais des petites, de 30 à 40 personnes. Ce matin, le chiffre pourrait être beaucoup plus grand.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK