Nivelles: les magistrats n'en peuvent plus des conditions de travail de la Justice

L'ancien palais de justice abrite encore les services du Parquet et les audiences du Tribunal correctionnel, dans des conditions de moins en moins confortables
2 images
L'ancien palais de justice abrite encore les services du Parquet et les audiences du Tribunal correctionnel, dans des conditions de moins en moins confortables - © S. Vandreck

"Le châssis est colmaté par des bandes adhésives pour ne pas laisser passer le vent. Dès qu'on a du vent du nord, ça devient invivable dans le bureau". Didier Jaupart, assistant au Parquet du procureur du Roi de Nivelles, vit au quotidien un des nombreux inconforts du palais de justice nivellois. Tout le personnel de ce bâtiment emblématique du centre-ville est logé à la même enseigne, magistrats comme employés: chutes de plafonds, toilettes bouchées, infiltrations d'eau... C'est le procureur du Roi en personne, Jean-Claude Elslander, qui nous fait visiter les caves dans lesquelles sont conservées toutes les archives: "Non seulement ces caves sont voûtées et basses, mais elles sont régulièrement inondées lorsqu'il y a des chutes de pluie importantes, déplore-t-il. On ne perd rien, mais il est arrivé plusieurs fois que des dossiers soient sous eau et donc inutilisables, même des dossiers importants".

Ce bâtiment est à l'image de la Justice

Dans ces mêmes caves, le magistrat nous montre les tuyaux de chauffage: ils sont en amiante et ont été simplement calfeutrés avec de l'isolant. "On se sent totalement oubliés. Le plus grave, c'est que le bâtiment est à l'image de la Justice, qui est oubliée elle aussi. On vit en sous-effectif depuis des années, ça n'émeut personne", poursuit-il. Les magistrats ont pourtant sollicité à de nombreuses reprises les ministres de la Justice et de la Régie des bâtiments. Sans aucune avancée concrète jusqu'ici. Car la situation n'est pas neuve: "Depuis 2007, on nous promet une extension du nouveau palais de justice, qui regrouperait tous les tribunaux et services. Depuis, l'administration continue à demander des normes... et on tourne en rond", rappellent les responsables du Parquet et du Tribunal de première instance.

Cinq implantations

La justice à Nivelles est aujourd'hui répartie dans cinq bâtiments différents, parfois situés à plusieurs kilomètres de distance. Le tribunal de la Jeunesse est ainsi installé sur le zoning des portes de l'Europe. C'est ce qui exaspère le plus la présidente du Tribunal de première instance, Sophie Sterck: "Le plus difficile c'est d'organiser les services du tribunal en tenant compte qu'on est répartis sur différents sites. Cela empêche la polyvalence des magistrats, des employés et donc les économies d'échelle", témoigne-t-elle. Les avocats, les justiciables sont aussi victimes de cet état de fait: il arrive régulièrement que des personnes errent dans la salle des pas perdus de l'ancien palais, alors que l'audience à laquelle ils doivent se présenter se déroule dans une autre implantation. "On est sur différents sites et on n'a pas suffisamment de personnel. On n'est donc pas en mesure d'assurer un accueil décent des justiciables", regrette Sophie Sterck. Les magistrats comptent à présent sur une volonté politique pour faire bouger les choses.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK