Nivelles: le maïeur veut lutter contre la surpopulation carcérale

La prison de Nivelles.
La prison de Nivelles. - © Belga

Pierre Huart a signé ce jeudi un arrêté de police limitant à 248 le nombre de détenus à la prison de Nivelles. Ils sont plus de 270 actuellement pour un établissement normalement prévu pour 192 prisonniers. Le bourgmestre compte remettre cet arrêté ce vendredi après-midi à la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, en visite dans sa commune. Elle ne fera pas des bons de joie. Après Forest l'année dernière, Nivelles est la deuxième commune à ruer ainsi dans les brancards de la surpopulation carcérale belge. Mais, actuellement, cela ne fait que déplacer le problème.

La surpopulation carcérale menace la salubrité, le sûreté et la tranquillité publique. C'est l'argument du bourgmestre de Nivelles Pierre Huart, qui demande en conséquence, par arrêté, à l'administration pénitentiaire de retirer au moins 25 détenus de la prison de Nivelles.

Avec quelles conséquences pour les autres prisons ? "Dans ce cas-là, on les transfère vers d’autres prisons. Il n’y a pas d’autre solution, déclare Laurent Sempot (porte-parole de l'administration pénitentiaire). En tous les cas, ce qui est certain, c’est qu’au moment où nous avons dû désengorger Forest, nous avons dû transférer des détenus notamment à Andenne et à Ittre. Et créer ainsi une surpopulation dans ces prisons-là."

Selon Michel Jacobs (secrétaire fédéral de la CGSP), la décision du bourgmestre de Nivelles ne fait que déplacer le problème, dans un système carcéral belge de plus en plus saturé. "Les choses s’aggravent. Je pense que d’ici peu, on va être 12 000 détenus dans les établissements pénitentiaires belges. Or, il n’y a que 9000 places (maximum) disponibles."

Quatre nouvelles prisons d'environ 300 places ouvriront dans les 15 mois qui viennent. Mais au rythme où vont les choses, elles risquent d'être très vite remplies. D'autant qu'il faudra bien un jour ou l'autre rapatrier les quelque 650 détenus belges de la prison de Tilburg aux Pays-Bas.

François Louis

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK