Neder-Over-Heembeek: brûler les boues des égouts? Des riverains s'y opposent

L'incinérateur de Neder-Over-Heembeek.
L'incinérateur de Neder-Over-Heembeek. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Faut-il permettre à l’incinérateur de brûler les boues venant de l’épuration des eaux des égouts? Les gestionnaires voudraient pouvoir le faire. Vu le tri, devenu obligatoire à Bruxelles, le nombre de sacs poubelles blancs diminue. L'incinérateur a donc la capacité d'accepter d'autres types de déchets sans travailler plus. Mais ce n'est pas du goût de comités d'habitants, et ils l'ont dit lundi.

Ils étaient 6 et représentaient 6 quartiers, de Neder, de Haren, et Schaerbeek... des zones qui bordent la cheminée de l'incinérateur. Lundi, ils ont donné leur avis en commission de concertation. Et ils n'aiment pas l'idée de varier la gamme des détritus.

Pour François Marcq (du comité inter-quartiers de Neder), le tri est une aubaine pour diminuer les déchets incinérés, alors – dit-il – ne les remplaçons pas par d'autres. "Nous, à Neder-Over-Heembeek, nous ne voulons plus être la poubelle de la Région bruxelloise. Tant l’incinérateur que les encombrants, tout se trouve déjà chez nous. Et il y a de plus en plus de pollution. Stop ! Ça suffit maintenant ! On ne doit plus continuer de nous envahir avec des entreprises qui traitent les déchets."

Dans cette zone de Bruxelles, il y a déjà l'incinérateur, la déchetterie régionale, un survol intense, le ring, le train vers l'aéroport, bientôt une méga-prison et un grand centre de tri de la Poste... Trop de pollutions, ont martelé les comités.

Bruxelles-Propreté a expliqué que brûler ces boues éviterait de les envoyer par camions en Allemagne et en Flandre, ce qui est coûteux et polluant sur la route. Et le nombre de tonnes incinérées à Neder n'augmenterait pas, la pollution non plus, d'après de premiers tests.

L'étude d'impact a beau faire mille pages et être rassurante, les riverains se méfient et lancent une pétition.

Et le feu vert - ou bien rouge - des autorités à ce projet de l'incinérateur est attendu dans deux semaines. C'est la ville de Bruxelles qui communiquera la décision de la commune et de la Région: vraisemblablement un accord, couplé de conditions et de précautions.

Myriam Baele

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK