Namur va s'attaquer au problème des sangliers

Les autorités communales souhaitent empêcher les sangliers de proliférer.
Les autorités communales souhaitent empêcher les sangliers de proliférer. - © Flickr – m.prinke

Ils prolifèrent dans les bois de la Citadelle, de Wépion et au-dessus de la Plante. Derniers dégâts en date : la maison du chant choral sur la route du panorama, à la Citadelle. Les sangliers ont retourné la moitié de l'immense pelouse. La Ville a décidé de prendre le problème à bras le corps. Elle prévoit de capturer les sangliers pour les abattre ensuite.

Les sangliers se plaisent bien à Namur. Ils trouvent nourriture et tranquillité dans les parcelles de bois. S'ils ont envie de varier un peu leur quotidien, ils retournent les belles pelouses à la recherche de nourriture ou s'attaquent aux restes des repas dans les sacs poubelle.

En plus, ils ont la paix. On ne les chasse pas en ville. Sauf en cas de menace - quand ils posent un problème de sécurité. Dans ces cas, on peut donner une autorisation spéciale. Mais la commune ne veut pas que l'on commence à tirer dans tous les sens. Elle compte donc mettre en place un système de capture et d'abattage.

Comment ça fonctionne ? Par un système de vigilance : les habitants donnent l'alerte dès qu'ils aperçoivent un sanglier. On viendra alors placer une cage pour capturer la bête. Un chasseur agréé la tuera. 

Une réunion préparatoire est programmée la semaine prochaine avec les services communaux, la police et le DNF (département Nature et Forêt). Tout doit être prêt pour le début de l'hiver, quand les sangliers risquent de manquer de nourriture dans les forêts et viendront volontiers passer à table en ville.

Monika Wachter

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK