Namur : un adolescent violemment agressé suite à une relation amoureuse, quatre suspects interpellés

Ethan, 15 ans, a été roué de coups lundi en fin d’après-midi. Le motif de l’agression est lié à une relation amoureuse. Selon le père de la victime, la famille de la jeune fille ne la voyait pas d’un bon œil et aurait décidé de mener une opération punitive.

L’adolescent a subi un véritable passage à tabac lui occasionnant de nombreux hématomes sur le corps et surtout sur le visage. Lundi après-midi, la victime avait rendez-vous avec un copain à proximité de la gare de Namur. C’est à ce moment-là qu’il a été interpellé par plusieurs individus, dont certains étaient majeurs. Ces derniers l’ont forcé à les suivre jusqu’à la Citadelle. Dans l’avenue Jean 1er, ils l’ont roué de coups.

Malgré l’extrême violence de l’agression qui aurait duré près d’une heure, Ethan ne devrait pas garder des séquelles graves. Des examens sont toutefois encore en cours au niveau des yeux. L’adolescent s’est par ailleurs fait voler son GSM, ce qui l’a empêché d’appeler au secours après les faits. Il a finalement été pris en charge par deux dames qui ont pu prévenir son papa.

4 individus interpellés

Le procureur du Roi de Namur, Vincent Mack, a déclaré que les faits "semblent être motivés par la non-appartenance de la victime à un groupe ethnique. Nous avons demandé au juge de qualifier les faits de tentative d'extorsion et de coups et blessures volontaires. C'est une forme de racisme en réalité, qui est inacceptable. On est dans le cadre d'une discrimination à caractère raciste."

Les agresseurs étaient au nombre de cinq. Quatre d'entre eux ont été arrêtés, dont un mineur. Des mandats d'arrêt ont été demandés pour les 3 majeurs, et un placement en section fermée d'IPPJ pour le mineur.

Extrait de notre 13h:

Sentiment d'insécurité et réalité des chiffres

D'après le parquet de Namur, le nombre de procès-verbaux judiciaires n'est pas en augmentation. C'est plutôt le sentiment d'insécurité qui prend de l'ampleur. Vincent Macq, procureur du Roi :" Il ne faudrait pas croire que ce qui est arrivé à ce jeune homme, tous les Namurois le risquent demain. Nous restons attentifs à ce qui se passe. L'évolution des faits, si elle devait subvenir, amènerait une évolution de notre réaction."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK