Namur: sueurs froides pour les réparateurs des 300 chaudières de la Ville

Le Président du Basket Club de Loyers, José Copay, a le sang glacé. Une des chaudières du bâtiment communal est en panne depuis le mardi 20 février dernier. Plus d'une semaine sans chauffage dans la buvette. Et sans eau chaude, c'est véritablement  la douche froide dans les sanitaires.
Le Président du Basket Club de Loyers, José Copay, a le sang glacé. Une des chaudières du bâtiment communal est en panne depuis le mardi 20 février dernier. Plus d'une semaine sans chauffage dans la buvette. Et sans eau chaude, c'est véritablement la douche froide dans les sanitaires. - © RTBF

Le froid donne des sueurs froides aux chauffagistes de la Ville de Namur, cette semaine!
En cause: de nombreuses pannes de chaudières dans des bâtiments communaux. Des écoles et des clubs de sports en ont fait les frais... les halls sportifs utilisés par des basketteurs à Beez, Boninne et Loyers, par exemple. 

Les réparateurs mettent les bouchées doubles pour régler au plus vite les problèmes d'eau chaude et de chauffage. Une mission qui s'avère néanmoins parfois longue et compliquée. Pièces de rechange parfois difficiles à trouver, délais de livraison trop long, fournisseurs et réparateurs débordés, complications techniques... autant de facteurs qui allongent les temps d'intervention, au grand dam des occupants des bâtiments appartenant à la Ville.  

Froid dans les baskets

"Mardi soir, le 20 février dernier, une des deux chaudières est à nouveau tombée en panne", explique José Copay, Président du club de basket de Loyers. "La buvette du club n'est plus chauffée. Il n'y a plus d'eau chaude. Pour les sportifs, c'est la douche froide. Cela fait plus d'une semaine que cela dure et c'est vraiment problématique pour tout le monde. Les chauffagistes rencontrent des difficultés pour réparer cette chaudière. Notamment parce qu'il est difficile de dénicher les pièces de rechange adéquates. Je ne comprends pas pourquoi les autorités ne trouvent pas de solutions structurelles pour pouvoir, au moins, réparer le matériel plus rapidement". 
 

300 chaudières, 80 modèles
Le cas des halls sportifs de Loyers, Beez ou Boninne n'est pas unique. Rien que ce mercredi, une vingtaine de bâtiments communaux namurois ont connu des problèmes. "Il faut savoir que nous avons 300 chaudières, au total", explique Tanguy Auspert, échevin en charge des bâtiments communaux. "Nous avons 80 modèles différents. Pour les modèles les plus courants, nous avons les pièces de rechange en stock. Mais pour les autres, comme certaines chaudières de piscine ou de hall de sports, c'est différent. Certains éléments sont faits sur mesure. Les remplacer est donc plus difficile. Ce qui prend aussi plus de temps". 
 

Ecoles prioritaires
Les services techniques de la Ville interviennent prioritairement dans les écoles communales. Ce mercredi, ils ont dû travailler dans 3 bâtiments scolaires. A Wépion, notamment, où la panne s'est déclarée mercredi après-midi, en l'absence des élèves, donc. Ce même jour, deux autres écoles rencontraient des difficultés. Heureusement, dans ces 3 cas-ci, les réparations ont été rapides et sans grandes conséquences sur le personnel et les enfants. 

Et la ville de Namur vient d'annoncer qu'une solution a été trouvée pour le hall sportif de Loyers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK