Namur s'apprête à vivre une petite révolution: véhicules, voiries… la mobilité devient connectée!

Victime d'une mobilité très dense, Namur s'apprête à lancer un nouveau système de transport intelligent (illustration), pour fluidifier le trafic routier.
Victime d'une mobilité très dense, Namur s'apprête à lancer un nouveau système de transport intelligent (illustration), pour fluidifier le trafic routier. - © Jonas Hamers / ImageGlobe - BELGAIMAGE

D'ici un bon mois, vers la fin septembre, le système de transport intelligent, le STI, sera mis en service. Il tentera d'aider les automobilistes, les usagers des TEC, les cyclistes et les piétons à faire les bons choix de trajets. Comment ? En donnant des informations en temps réel sur le trafic (les bouchons, par exemple), sur la position exacte des bus, sur la qualité de l'air aussi... Bref, tout ce qui peut aider à améliorer la mobilité dès l'entrée dans la ville.

Panneaux lumineux, caméras…

L'envers du décor de ce STI, c'est évidemment une grosse partie technique... Les équipements sont presque prêts. Le plus visible, ce sont les panneaux d'affichage : au total, 22 panneaux lumineux aux entrées de la ville et sur les grands boulevards. C'est là qu'on pourra lire les informations. Ces panneaux, vous les avez peut-être déjà aperçus, la plupart sont en place.

Autre équipement crucial : les caméras. Des caméras qui vont scanner les plaques de chaque véhicule. C'est ça qui va permettre de calculer les parcours en temps réel. Il y a aussi des capteurs pour les places de parking, pour les bus TEC, pour la qualité de l'air aussi. Alors évidemment toutes ces informations recueillies avant d'être diffusées sur les panneaux doivent être traitées, centralisées, et donc il a fallu aussi tirer des kilomètres de câbles pour raccorder l'ensemble. Cette partie souterraine est aussi terminée.

L'objectif du système, vous l'aurez compris plus haut, est de fluidifier le trafic, en aidant les usagers à faire les meilleurs choix possibles. "Mieux informer les gens au moment de partir, les informer sur leur temps de parcours… Un panneau peut par exemple indiquer s'il y a un ralentissement, un accident… A ce moment, l'usager pourra choisir d'aller plutôt vers un P+R et prendre le bus car il comprendra qu'il n'aura pas la possibilité d'aller plus loin, explique Michel Jehaes, chef du service Mobilité à la Ville de Namur. Les véhicules, les voiries… tout devient connecté ! C'est une nouvelle manière d'aborder la mobilité."

Coût du projet : 3 millions d'euros, avec l'aide de la Région et de l'Europe. Namur sera la première ville wallonne équipée d'un tel système intelligent.

La mobilité connectée, ce sera pour fin septembre. Pas encore de date précise à ce stade ; par contre, on a maintenant une date pour le parking-relais le long de la chaussée de Louvain, en cours de construction à Bouge (derrière le bâtiment de la CSC): l'ouverture est prévue pour le 1er juillet 2020.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK