Namur-Québec: une délégation et des idées pour renforcer le jumelage

Une délégation namuroise a fait le voyage pour rencontrer les autorités de la Ville de Québec.
3 images
Une délégation namuroise a fait le voyage pour rencontrer les autorités de la Ville de Québec. - © RTBF

Depuis 2000, la ville de Namur est jumelée à celle de Québec. Un partenariat fort et important qui veut encore être renforcé. L’anniversaire des 400 ans de la création de la ville canadienne est le moment idéal pour consolider cette union. Une délégation namuroise, emmenée par le bourgmestre Maxime Prévot, s’est donc rendue sur place.

Première journée sur place, les discussions tournent autour de l’embellissement des deux villes. Namur pourrait s’inspirer du modèle québécois. Une institution créée en 1995, la Commission de la Capitale Nationale, y est chargée de promouvoir et d’embellir la ville en tant que "capitale". Celle-ci dépend directement du gouvernement, elle l’oriente et le conseille. Elle est également à la base de nombreux travaux.

Justement, l'un de ses grands chantiers, toujours en cours, est le réaménagement des berges du fleuve Saint-Laurent. Autrefois un chancre industriel, aujourd'hui devenu la promenade Champlin. Très appréciée des visiteurs et habitants, elle a vu son nombre de fréquentation grimper à 2,6 millions en 2013.

Une tentative similaire a pourtant bel et bien été lancée à Namur, composée de représentants du Parlement et du Gouvernement wallon, de la Province et de la Ville de Namur. Malheureusement, elle n’a pas réellement porté ses fruits.

A la différence de son homologue belge, la Commission québécoise dispose de réelles compétences. Maxime Prévot voudrait s’en inspirer mais il devra convaincre les mandataires wallons d’investir dans une telle infrastructure.

Québec, séduite par notre bande dessinée

La Ville n’est cependant pas venue les mains vides, tout ne se fait pas "à sens unique". La délégation apporte avec elle pas moins de 250 bandes dessinées.

La sélection, d’auteurs belges et étrangers, a été faite par Guy Dehousse (future responsable de la plus grande bédéthèque de la Communauté française). Celle-ci prendra bientôt place dans les abattoirs rénovés, à Bomel.

Québec aimerait bien en faire autant. Ce cadeau a donc fait sensation et l’expertise belge (et surtout namuroise) en matière de BD a été accueillie avec enthousiasme. Des collaborations futures sont en chantier, elles seront axées sur des échanges de titres ou sur des animations de bibliothèque.

Des échanges qui toucheront l’emploi, le cinéma et l’art

Maxime Prévot a également rencontré le maire de Québec, Régis Labeaume. Au-delà des collaborations culturelles, habituelles à ce genre de jumelage, les deux villes veulent aussi nouer des liens économiques. Il est même question d'une mission de recrutement des entreprises québécoises. Elles pourraient venir embaucher du personnel à l'automne prochain en bord de Meuse.

"Le problème le plus important économiquement à Québec est le manque de ressources humaines (…) Nous allons tenter de recruter des gens qui ne travaillent pas actuellement, et de leur dire de venir travailler à Québec pour quelques années et ensuite revenir en Belgique avec un niveau d’employabilité plus imposant", précise Régis Labeaume. Cette bourse aux emplois québécois devrait être organisée aux environs du mois de septembre 2015.

Dans la foulée du FIFF, le festival de cinéma namurois devrait lui-aussi développer des synergies avec le (jeune) festival de film de Québec.

Les deux villes vont par ailleurs lancer un concours destiné aux peintres québécois. Le gagnant pourra décorer une fresque murale sur l’une des façades de la petite place de Québec à Namur, près de l'église Saint-Loup.

Serge Otthiers, Benjamin Di Lauro

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK