Namur pourrait interdire les SDF et les mendiants dans le centre-ville

Maxime Prévot est clair, d'après lui, Namur ne peut plus se permettre de fermer les yeux sur la mendicité .
Maxime Prévot est clair, d'après lui, Namur ne peut plus se permettre de fermer les yeux sur la mendicité . - © Bia bouquet

C’est la volonté de la ville. Elle étudie la possibilité de limiter la mendicité dans des zones très fréquentées de la capitale wallonne. D'autres grandes villes ont déjà pris des mesures de ce type. A Namur, ce serait surtout la hausse du nombre de SDF qui ferait réagir le bourgmestre.

Maxime Prévot est clair, d'après lui, Namur ne peut plus se permettre de fermer les yeux sur la mendicité :

"Il y a une recrudescence à la fois du nombre de mendiants et de SDF, de phénomènes de traite des êtres humains qui a pu être identifié par le parquet et puis de comportements qui créent de l’insécurité. Tant à l’égard des citoyens namurois que des touristes ou de celles et ceux qui veulent découvrir notre piétonnier commercial, on ne peut pas avoir de politique de l’autruche en la matière".

Du coup, le maïeur a lancé une étude. Il a demandé aux services sociaux et à la police de trouver une parade. Le principe serait d'interdire la mendicité dans le grand centre, ce qu'on appelle la corbeille, soit l'ensemble des rues et des places entre la gare et les fleuves. Comprenez donc aussi les grandes artères commerciales et les lieux les plus fréquentés et les plus exposés...

"Avoir une réflexion en la matière, c’est être responsable et non populiste la volonté étant de trouver un juste point d’équilibre entre le respect de la dignité des personnes et certainement les plus fragiles à travers une politique sociale forte telle que nous la menons à Namur mais aussi la nécessité de conserver un centre-ville attractif pour les touristes et pour les commerces". Maxime Prévot précise aussi que quoi qu'il arrive Namur poursuivra une politique forte en matière d'aide et d'action sociale, Il jure d'ailleurs que la mesure est loin d'être prête. Pas sûr qu'elle le soit d'ici aux élections du mois de mai.

A noter que Namur n'est pas la seule, en province de Namur, où la mendicité fait débat. Il y a quelques semaines, Andenne avait adopté un règlement qui autorise la police à saisir la recette de mendiants si ceux-ci se montraient agressifs. Entre-temps, le cabinet de la ministre de l'Intérieur a jugé la mesure illégale. Ce mardi soir, Ecolo, dans l'opposition demandera le retrait de ce règlement lors du conseil communal. Pas sûr que la majorité du PS Claude Eerdekens y réponde favorablement.

 

Bruno Schmitz

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK