Namur: le promoteur du centre commercial au Parc Léopold au bord de la faillite

Le promoteur au bord de la faillite... les défenseurs du parc Léopold n'ont donc pas perdu la bataille...
Le promoteur au bord de la faillite... les défenseurs du parc Léopold n'ont donc pas perdu la bataille... - © Belga - Bruno Fahy

La société Urbanove a été placée en réorganisation judiciaire en avril dernier. Concrètement, cela signifie qu'elle n'arrive plus à payer ses dettes. Est-ce que cela compromet le futur centre commercial ? Disons que le projet est "embourbé".

L'actionnaire privé est fauché et les actionnaires publics, principalement la SRIW, sont refroidis. Il faut dire que ces investisseurs, avec les banques, ont déjà injecté 80 millions d'euros dans deux projets de centres commerciaux, celui de Namur d'une part, et un autre projet à Verviers d'autre part. Mais les enseignes commerciales ne se pressent pas au portillon pour louer les futures surfaces. Et les actionnaires actuels savent déjà qu'ils vont perdre beaucoup d'argent.

De nouveaux investisseurs pourraient prendre le relais. D'après nos informations, plusieurs professionnels de l'immobilier commercial sont sur l'affaire : Equilis, Redevco, Wereldhave, AG Real Estate ou encore les Assurances fédérales.

Et si Urbanove ne trouve finalement personne pour mettre de l'argent frais dans ces deux projets ? On se dirigerait alors vers la faillite. Cela dit, la faillite ne signifie pas l'abandon des projets. Le curateur essaiera aussi de récupérer quelques millions d'euros en trouvant un repreneur. Mais une faillite, cela peut traîner en longueur. Et le temps ne joue pas en faveur des centres commerciaux. Car le commerce est en train de vivre une profonde mutation avec le développement du commerce en ligne. Les centres commerciaux sont moins rentables, les grandes enseignes commerciales sont moins demandeuses, les investisseurs se méfient...

Bref, à Namur, les défenseurs du parc Léopold - on les aurait presque oubliés - n'ont peut-être pas perdu la bataille.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK