Namur: l'affaire des marchés publics enfin devant la Justice

Le tribunal correctionnel de Namur examine
Le tribunal correctionnel de Namur examine - © © SOPHIE KIP - BELGA

Plus de 10 ans après l'éclatement de l'affaire, le procès s'ouvre enfin devant le tribunal correctionnel de Namur. Sur le banc des prévenus, 11 personnes, dont un ancien bourgmestre namurois. Le socialiste Bernard Anselme doit notamment répondre de faux et usage de faux. Il est soupçonné d'avoir faussé l'attribution de certains marchés publics de la ville, pour favoriser le bureau d'études de sa compagne, la société Sotegec. Une vieille affaire qui s'est largement dégonflée avec le temps.

D'une 30aine d'inculpés à moins d'une dizaine...

Quand on jette un oeil dans le rétroviseur, c'est flagrant. Lorsque l'affaire éclate en mai 2006, tout le monde en prend pour son grade. Le bourgmestre Bernard Anselme, plusieurs échevins, dont Jean-Louis Close, le chef de l'administration, ou encore le patron de la police locale seront progressivement inculpés. 30 inculpations au plus fort de l'enquête. C'est LE dossier judiciaire numéro 1 à Namur. 10 ans après, seules 11 personnes sont sur le banc des prévenus.

Pourquoi si peu et pourquoi si tard?

L'enquête tire en longueur et ratisse trop large. Au fil de la procédure, les charges se dégonflent. Plusieurs prévenus bénéficient d''un non-lieu. Puis le temps fait son oeuvre, des avocats jouent la montre, certains faits sont prescrits, c'est l'extinction des poursuites pour plusieurs inculpés. D'autres, enfin, ont accepté une transaction financière proposée par le parquet. Reste donc LE prévenu principal, l'ancien bourgmestre  qui aura tout le loisir de s'expliquer. Bernard Anselme a-t-il oui ou non favorisé le bureau d'étude de sa compagne dans l'attribution de certains marchés? Premier élément de réponse avec la version du ministère public, le réquisitoire a lieu ce mercredi matin. Les plaidoiries sont attendues les 2 et 9 novembre prochains.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK