Namur: il n'y aura pas de nouveau règlement anti-mendicité

Maxime Prévot confirme qu'il n'y aura pas de nouveau dispositif pour interdire la mendicité dans le centre de Namur.
Maxime Prévot confirme qu'il n'y aura pas de nouveau dispositif pour interdire la mendicité dans le centre de Namur. - © Belga Image

La mendicité est à nouveau tolérée dans le centre de Namur. Le règlement polémique adopté l’an dernier a été suspendu par le Conseil d’Etat il y a quelques mois. La ville avait indiqué qu’elle en adopterait un autre, qui tiendrait compte des remarques formulées. Mais elle a finalement changé d’avis.

Le règlement interdisant la mendicité à Namur avait une validité d’un an. Mais un an, pour le Conseil d’Etat, c’est trop long. "Une période de trois mois par exemple aurait été plus raisonnable", explique le bourgmestre en titre Maxime Prévot.

La ville n’adoptera pourtant pas de nouveau dispositif en prévision de l’été. Pour prendre une telle mesure, il aurait fallu s’y prendre plus tôt. "Un arrêté interdisant la mendicité doit être documenté et justifié, poursuit Maxime Prévot. Et tout cela prend du temps. Dans la pratique, ça devient compliqué à mettre en œuvre. Par ailleurs, la mendicité devient problématique dès lors qu’on a des mendiants tous les 50 mètres, ce qui se produit une fois que les beaux jours reviennent. C’est moins le cas pendant la période hivernale inévitablement. Or c’est pendant la période hivernale qu’il faudrait que l’on objective statistiquement les situations pour prendre une mesure pendant la période touristique. Ce qui est un non-sens absolu".

Tout n'est pas autorisé

Le bourgmestre en titre regrette cette situation et se dit démuni. "La décision du Conseil d’Etat reconnaît enfin pleinement les prérogatives des bourgmestres pour pouvoir prendre des mesures. Mais le cadre dans lequel il faut prendre ces mesures les rend inopérantes. Et donc les leviers qui sont dans les mains des bourgmestres aujourd’hui sont limités voire inexistants".

La ville renonce donc à adopter un nouvel arrêté, ce qui ne veut pas dire que tout sera désormais permis à Namur. Si la mendicité classique est à nouveau tolérée (y compris avec un enfant précise le Conseil d’Etat !), la mendicité organisée reste interdite, comme l’obstruction de portes d’entrées ou la mendicité aux carrefours routiers. En cas de trouble à l'ordre public avéré, la ville aura toujours la possibilité d'agir, de manière ciblée. "Nous continuerons à travailler de manière intense avec les acteurs sociaux d’une part et avec le parquet d’autre part pour tenter de réguler au maximum le phénomène", conclut Maxime Prévot.

Hugues Van Peel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK