Namur: fusion des cliniques Saint-Luc et Sainte-Elisabeth au point mort

A Sainte-Elisabeth, sur les hauteurs de Salzinne, on veut une fusion complète au premier janvier 2014, explique Benoît Libert le directeur général de Sainte Elisabeth : "Dès le départ, nous avions parlé de créer une seule ASBl au premier janvier 2014".

Mais à SaintLuc, à Bouge, on estime que ce timing est trop rapide, souligne Paul D'Otreppe, le directeur : "Tous les médecins se sont exprimés contre ce timing-là de peur que l’on aille trop vite et le conseil d’administration a essayé de rester en phase avec sa communauté médicale et l’ensemble du personnel".

Le problème, c’est l’harmonisation des statuts du personnel des deux hôpitaux : "Le statut du personnel, au niveau de Saint-Luc est extrêmement favorable et donc le personnel de Saint-Luc avait peur que dans un schéma extrêmement rapide, ils perdent leurs avantages qu’ils avaient négociés durant des années".

Saint-Luc propose donc une phase intermédiaire, de trois à cinq ans, pendant laquelle chaque clinique conserverait une certaine autonomie, tout en étant chapeautée par une structure commune.

Mais voilà, la proposition intermédiaire ne plaît pas du tout à Sainte-Elisabeth. Elle lance un ultimatum  au prochain conseil d’administration de Saint Luc qui se réunira le 14 juin : Si Saint-Luc ne change pas d’avis, il n’y aura pas de fusion.

 

Serge Otthiers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK