Namur : des passionnés rachètent un bus TEC avant qu'il ne soit détruit

Une association de 7 mordus des transports en commun a sauvé un bus TEC de la destruction. Après 21 ans de bons et loyaux services, le bus namurois était déclassé. Mais c’était sans compter sur la détermination de ces passionnés, qui se sont empressés de l’acheter… Et de le rénover.

Une cure de jouvence à 25.000 euros

C’est un bus datant de 1998, avec ses accessoires d’époque. "Comme ce système de film directionnel", montre fièrement Didier Van Loock, membre de l’association. "C’est en fait un système qui permet d’afficher la direction du bus avec du papier, alors qu’aujourd’hui ce sont des écrans". Le groupe de passionnés a acheté l’engin pour quelques centaines d’euros. Mais, avec l’aide des ateliers du TEC, ils lui ont rendu son état d’origine… Pour la coquette somme de 25.000 euros. A présent, le bus est comme neuf, malgré les 840.000 kilomètres au compteur. "Je me sens mieux qu’au volant d’une voiture", confie Didier Van Loock, en conduisant. "C’est quelque chose que vous avez dans le sang, c’est comme ça, c’est une passion depuis que je suis petit", dit-il.

Il a fallu quelques mois à Didier et ses amis pour rénover le bus. Mais maintenant qu’il est prêt, les projets peuvent commencer. "Nous voulons en faire un bus musée, avec des circuits organisés pour des amateurs comme nous", explique Didier.

A travers les générations

Parmi les membres du "Groupe Amical Bus & Car", un jeune homme de 16 ans. Il s’appelle Corentin Romedenne, et il est déjà fin connaisseur. "C’est justement ce bus qui est à l’origine de ma passion", dit-il. "Je le prenais tous les jours pour aller à l’école. J’ai commencé à le prendre en photo et à m’y intéresser. Alors quand il a effectué son dernier trajet, je me suis renseigné pour connaître l’horaire, et j’ai été son dernier passager". Même s’il ne peut pas encore conduire le bus acquis par son groupe, il s’y intéresse fortement, et profite des conseils de Didier. "C’est important d’être entourés par des anciens qui nous montrent des documents d’époque… La base de l’amateur repose sur le partage !", conclut le jeune homme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK