Namur: bilan sur le règlement anti-mendicité

Bilan suite au règlement anti-mendicité à Namur
Bilan suite au règlement anti-mendicité à Namur - © Bia bouquet

Mendier dans certaines zones de la ville de Namur est interdit depuis le 1er juillet. Objectif : lutter contre les réseaux organisés et contre l'insécurité.

Pas mal de voix se sont élevées au début de l'été. La semaine dernière la ligue des droits de l'homme a introduit un recours contre ce règlement, reprochant à Namur de vouloir chasser les pauvres, au lieu de lutter contre la pauvreté.

Deux mois après l'entrée en vigueur de la mesure, on constate qu'il y a toujours des mendiants. Mais l'objectif, c'est de mettre dehors les réseaux organisés, et pas de chasser les personnes précarisées. Des personnes encadrées parfois depuis des années précise Stéphanie Scailquin, l'échevine de la cohésion sociale, qui considère que l'on est sur la bonne voie :

"C'était le risque, perdre contact avec ces personnes précarisées si elles sont chassées hors du centre. Des personnes parfois encadrées depuis des années par les services sociaux. Les travailleurs de rue comme cet infirmier, ont peur de perdre le fruit d'un long travail avec les mendiants et leur relation de confiance".

Pour Noelle Darimont du relais social, le contact n'est pas perdu sur le terrain.

Des deux côtés, à la Ville et sur le terrain, on insiste : deux mois c'est court, et le vrai test c'est pour cet hiver. Un bilan complet sera fait dans un an.

Simon Bourgeois, Christine Pinchart

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK