Namur : au Combat de l'Echasse d'Or, presque tous les coups sont permis

Namur: au Combat de l'Echasse d'Or, presque tous les coups sont permis
3 images
Namur: au Combat de l'Echasse d'Or, presque tous les coups sont permis - © Tous droits réservés

C’est un des moments forts des Fêtes de Wallonie, à Namur. Ce dimanche après-midi, environ 8000 personnes ont assisté au Combat de l’Echasse d’Or, Place St-Aubain.

Juchés sur leurs échasses de deux mètres, une cinquantaine de jouteurs s’affrontaient. Un combat en deux phases, où presque tous les coups sont permis.

Une valse à deux temps

Sous le roulement des tambours, deux brigades se livrent à un combat sans merci. Vêtus de leur habit traditionnel, les jouteurs s’observent, se déplacent d’un côté, puis de l’autre ; ils se regroupent, tentent une diversion, puis passent à l’attaque pour faire tomber les adversaires et les mettre hors jeu. C’est la première partie du tournoi : l’affrontement entre deux équipes d’environ 25 échasseurs. "C’est technique, physique et tactique. Mais c'est un spectacle magnifique!", explique Patrick Dessambre, Président des Echasseurs namurois.

"Presque tous les coups sont permis", commente un jouteur. "Il n’y a pas de règles à ce propos, mais une sorte de code de respect. Nous pouvons pratiquement tout tenter pour déstabiliser l’adversaire. Sauf attaquer par derrière ! Ce serait d’ailleurs trop dangereux. Nous devons tout de même faire très attention. Les chutes accidentelles arrivent parfois". Notre interlocuteur ne pensait pas si bien dire. Après une dizaine de minutes de combat, un échasseur a fait une chute impressionnante. Après être resté inanimé au sol pendant deux à trois minutes, le jeune homme a finalement pu se redresser. Il a été pris en charge par les secouristes.

Dans la seconde phase du combat, les échasseurs toujours en lice s’affrontent entre anciens coéquipiers. En effet, par sa technique, son organisation et sa force, une équipe parvient le plus souvent à éliminer l’ensemble des joueurs de l’équipe adverse au terme de la première partie. La seconde phase est donc un peu plus cruelle. "Nous devons nous retourner contre nos partenaires initiaux", commente un échasseur. Les coéquipiers doivent donc à présent se tirer dans les pattes. La guerre fratricide se poursuit ainsi jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un seul homme debout. Le vaillant homme remporte ainsi le titre tant convoité : l’Echasse d’Or. Après avoir salué la foule, il fait honneur aux vaincus. Le dernier jouteur de la brigade perdante se voit d’ailleurs attribuer l’Echasse d’Argent.

Un dossier à l’Unesco

La demande de reconnaissance de la richesse patrimoniale des Echasseurs namurois a été introduite auprès de l’Unesco. La centaine d’échasseurs namurois et de très nombreux habitants souhaitent que l’Unesco inscrive la célèbre tradition namuroise sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. L’analyse de la candidature prend du temps. Mais les Namurois savent... prendre leur temps.

Reportage sur les fêtes de Wallonie (14 septembre):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK