Namur: après un an, le bilan est plutôt mitigé pour le Lumsou

Le lumsou, la monnaie locale utilisée à Namur.
3 images
Le lumsou, la monnaie locale utilisée à Namur. - © RTBF

Le Lumsou, la monnaie locale namuroise, a été mise en circulation le 18 mai 2017. A l’origine, le nom de cette monnaie est inspiré du symbole de Namur, l’escargot, qui se dit en wallon "lumeçon". Pour enfin évoluer en "Lumsou". 

"Dès le départ, on était d'accord sur le concept puis, par la suite, le nom définitif a été "Lumsou", qui est une référence à l’argent et au mot "lumer" (qui, en wallon, veut dire " éclairer ")…", explique Nicola Virone, représentant du projet.

Un an après son lancement, est-il parvenu à s’imposer dans les commerces du centre-ville ?

Un bilan positif malgré une stagnation

Pour notre interlocuteur, l’objectif de cette première année écoulée est atteint : un peu plus de 10.000 Lumsous sont en circulation dans Namur, et un peu plus de septante commerces sont répertoriés en tant que partenaire du projet sur le site Internet. 

"On a commencé avec approximativement 50 commerces et, aujourd’hui, nous sommes à plus de 80. Il y avait pas mal de gens qui attendaient de voir si ça fonctionnait ou pas. Aujourd’hui, nous parlons d’un peu plus de 10.000 Lumsous qui circulent dans le Namurois. Et c'est exactement l’objectif que l’on avait au bout d’un an."

Le représentant le reconnaît, ils sont pour l’instant à un seuil de stagnation. Mais il reste tout de même positif.  

"J’avoue que ça retombe un peu au niveau du grand public. Maintenant, nous ce qu’on observe, c’est qu’on a des convaincus et qu’on fonctionne grâce à eux. C’est ça la réalité de ce style de projetHeureusement d’ailleurs qu’on a nos convaincus qui font tourner le système."

Et du côté des commerçants? C'est mitigé 

Parmi les commerçants, nous retrouvons les partenaires du projet, qui concèdent qu’ils n’ont pas encore beaucoup de monde qui utilisent cette monnaie, mais qui soutiennent le projet à 100%.

"Pour l’instant, nous n'avons pas assez de clients à notre goût qui l’utilisent, mais il faut absolument continuer comme ça et vraiment rentrer dans cette dynamique. Parce que c’est vraiment pour dynamiser le centre namurois, pour dynamiser et valoriser les commerces namurois."

Mais les commerçants adhérant au projet ne représentent que 3,7% des commerces du centre-ville. Soit, d’après les derniers chiffres, 73 magasins sur 900 commerces. C’est peu.

Comment expliquer ces réticences ? Principalement parce que les commerçants réfractaires n’y voient pas d’intérêt, d’un point de vue économique. "Qu’est-ce qu’on doit faire de cette monnaie ?, s’interroge ainsi une bijoutière. Où on doit la dépenser ? C’est déjà assez compliqué comme ça, alors je ne vais pas compliquer les choses avec deux monnaies. Et ce n’est pas avec des Lumsous que je vais payer mes fournisseurs." 

3,7% de commerçants convaincus… "Mais ce n’est qu’un début!"

Nicola Virone définit en un mot cette année écoulée : "satisfaisante". Le projet n’est qu’à ses débuts, d’autres objectifs sont déjà mis en place, tel que la création d’une plateforme électronique, avec la participation de toutes les monnaies locales de Wallonie. 

"L’idée, c’est que quand la monnaie passera également sous format électronique, ça donnera un bon coup de boost. Parce qu’il y a encore tout le défi d’atteindre le grand public. Autrement dit une masse critique."

Le Lumsou n’est apparemment pas encore entré dans les mœurs des Namurois. Cela dit, les porteurs du projet ne baissent pas les bras : ils aspirent toujours à ce que le Lumsou s’impose dans les années à venir. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK