Namur : 250.000 photos d'archives du journal "L'Avenir" bientôt accessibles au grand public

Voici une photo des guichets de la gare de Namur dans les années 1970
2 images
Voici une photo des guichets de la gare de Namur dans les années 1970 - © Tous droits réservés

Un grand déménagement est en cours dans les locaux du journal "L’Avenir" à Namur. 200.000 photos et négatifs vont être transférés aux Archives de l’Etat. À l’occasion du centième anniversaire du quotidien, un journaliste a replongé dans les archives du journal. Il y a découvert des centaines de milliers de photos de la vie locale namuroise.

Des traces du passé

Dans ces archives, on découvre plus des 200.000 négatifs et 25.000 photos imprimées sur papier glacé. "On voit par exemple ici le festival des arts forains à Namur en 1998", décrit Jean-François Pacco, journaliste responsable du transfert des archives "L’Avenir". "On voit aussi du football, un stage de vacances etc. C’est de la petite vie locale, et tout ça est assez bien classé." On y trouve aussi l’inauguration d’un viaduc d’autoroute, des stars comme Alain Delon, mais aussi des photos beaucoup plus banales qui sont aujourd’hui devenues des archives intéressantes. "Par exemple, j’ai trouvé une bête photo qui annonce des travaux de modernisation à la gare de Namur. Mais ça nous permet de voir les guichets de la gare tels qu’ils étaient dans les années 70 et avec du recul, ça prend une dimension historique très riche."

 

Valoriser ces clichés

Les plus veux clichés datent des années 50, et les plus récents du début des années 2000. Le journaliste avait peur de voir disparaître un jour une partie de la vie namuroise. "Ces négatifs ne sont plus utilisés. Et un beau jour on dira qu’il faut faire de la place, et qu’il faut les évacuer comme ça a parfois été le cas dans le passé. Et donc ici, on s’assure que dans 50 ou 100 ans ils seront toujours là."

Toutes ces photos sont donc en cours de transfert vers les locaux namurois des Archives de l’Etat. Ce processus prendra plusieurs semaines et permettra à ces clichés d’avoir une seconde vie. "On va les conserver, explique Emmanuel Bodart, chef de service aux Archives de l’État à Namur. "Mais aussi essayer de numériser les négatifs pour pouvoir les offrir en consultation en salle de lecture ou sur notre site internet".

Mais il faudra encore patienter pour qu’elles soient accessibles au grand public, car même si les photos sont classées par date, il va falloir toutes les répertorier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK