Mouvements de jeunesse: des subsides wallons pour faciliter la cohabitation durant les camps d'été

Les communes situées dans le sud de la Belgique restent la destination préférée des mouvements de jeunesse pour leurs camps d'été.
Les communes situées dans le sud de la Belgique restent la destination préférée des mouvements de jeunesse pour leurs camps d'été. - © Flickr

La fin de l'année scolaire approche à grands pas et les mouvements de jeunesse s’affairent à préparer leurs camps pour l'été. Scouts, guides ou encore Patro... des milliers de jeunes vont passer une partie de l'été loin de chez eux.

Cette année encore, les communes situées dans le sud de la Belgique restent la destination préférée des mouvements de jeunesse. La Région wallonne va donc leur donner un coup de pouce. Quarante et une communes wallonnes vont se partager un budget de 50.000 euros, dont 10 sont situées en province de Namur.

Par ordre alphabétique, cela donne Beauraing, Ciney, Couvin, Dinant, Gedinne, Hamois, Havelange, Rochefort, Viroinval et Yvoir. Toutes vont donc recevoir entre 600 et 1400 euros. Bien entendu, on est encore loin des 3000 euros, soit le subside maximum pour la commune de Chiny en province de Luxembourg.

A quoi va servir cet argent ?

Il va permettre d’engager des personnes-relais. Relais entre les mouvements de jeunesse et les riverains. Car la cohabitation ne se passe pas toujours très bien : tapage nocturne, dégradation de matériel…

La personne-relais sera présente dès le début du camp pour nouer le dialogue. "Cette personne peut véritablement assurer un lien, aplanir les éventuels litiges, garantir une certaine tranquillité pour les habitants, explique la ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue. Bref, aplanir toute une série de conflits et litiges qui apparaîtraient au fil du camp."

Et Couvin, a-t-elle changé d’avis ?

On se souvient que la commune de Couvin avait menacé de ne plus accueillir les mouvements de jeunesse, qu'en est-il aujourd'hui ?

Couvin étant une commune qui était et qui est toujours très prisées… Mais Couvin ne va pas interdire les camps ! Simplement, ils devront être éloignés de minimum 200 mètres des premières habitations et plus 100 mètres comme auparavant. La commune a même introduit une demande de subsides cette année. "Je m’en réjouis, poursuit Valérie De Bue. Car ça avait quand même créé l’émoi lorsque les autorités communales avaient déclaré vouloir limiter l’accueil des mouvements de jeunesse sur son territoire. Ici, Couvin est finalement rentré dans le projet. Il serait intéressant maintenant d’évaluer les résultats après l’été, pour voir si l’opération a pu améliorer la cohabitation des mouvements de jeunesse avec la population locale."

Couvin recevra 1000 euros. De quoi couvrir une bonne partie du salaire d'un étudiant. Couvin qui, d'ailleurs, est toujours à la recherche du candidat idéal. Conditions : avoir 18 ans, son permis voiture et une connaissance du néerlandais.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK