Une rentrée particulière: celle des élèves primo-arrivants

L'Institut technique de Morlanwelz accueillait ce matin 28 élèves primo-arrivants. Ils sont Afghans, Tchétchènes, Irakiens, Syriens, Congolais... En majorité des mineurs non-accompagnés résidant pour certains au Centre Fédasil de Morlanwelz. Ils ne connaissent pas ou très peu le français. Ils vont intégrer pendant 6 mois au moins, ce qu'on appelle un dispositif d'accueil et de scolarisation.

En immersion

Première étape: établir le niveau de chacun, déterminer notamment s'ils savent lire et écrire afin de les répartir dans les différentes classes. Au programme, un apprentissage intensif du français à raison de 15 heures par semaine en plus des autres cours. Le principe c'est l'immersion avec des méthodes pédagogiques actives.

Les étudiants sont au début d'un cursus scolaire qui leur permettra d'intégrer les classes ordinaires. Quelle que soit la filière choisie: que ce soit la mécanique, la soudure, l'électricité ou la médecine. "Ils ont une motivation exceptionnelle" précise Géraldine Maes, professeur de Français. Une fois que le conseil d'intégration, sorte de conseil de classe, les juge aptes, ils rejoignent les classes ordinaires et poursuivent un cursus normal.

En Communauté française, 19 écoles en primaire et 36 en secondaire organisent ce type d'accueil. Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de la mise en place d'un groupe de travail afin de faire le point sur l'ensemble des besoins qui risquent d'augmenter très rapidement.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK