Morlanwelz : la pharmacienne démasquée

Morlanwelz : la pharmacienne démasquée
3 images
Morlanwelz : la pharmacienne démasquée - © Tous droits réservés

Sandrine Lejong, pharmacienne à Morlanwelz, a fait parler d’elle. Dès l’annonce de l’obligation du port du masque dans les commerces il y a 15 jours, elle a affiché sur la porte de son officine un mot expliquant pourquoi elle ne le porterait pas et annoncé aux clients qu’ils n’étaient pas obligés de le porter dans sa pharmacie.

La police locale est intervenue et l’affiche a aujourd’hui disparu mais la pharmacienne continue à donner son avis oralement aux clients.

Pas d’unanimité scientifique

Le premier argument de Sandrine Lejong, c’est, selon elle, l’absence de consensus scientifique sur l’utilité du port du masque. Elle ajoute encore qu’un masque mal utilisé est un nid à virus. Le porter, l’enlever, le manipuler, le mettre dans son sac, le ressortir pour le remettre, c’est véhiculer le virus avec et autour de soi.


►►► À lire aussi:  L'utilité du masque démontrée dans une étude de cas: deux coiffeurs positifs, 139 clients, mais zéro contamination


Elle dit encore que le port du masque est anxiogène, génère la peur et la suspicion réciproque à un moment où nous aurions plutôt besoin de confiance et de liens sociaux. Elle estime que la pandémie touche à sa fin et qu’un masque n’est pas plus utile aujourd’hui qu’au mois de mars, au début de l’alerte. Enfin, elle pense que laisser circuler l’air peut participer à l’immunité collective.

 

 

L’Ordre des pharmaciens n’est pas d’accord

Contacté par nos soins, Gert Laekeman, président de l’Ordre des Pharmaciens de Belgique tient à tempérer l’attitude de la pharmacienne de Morlanwelz : "Le port du masque ne garantit pas une protection contre le virus à 100%. Mais il y a suffisamment d’études scientifiques qui montrent que le risque de propagation du virus est réduit si on le porte. Pour se protéger totalement, il faudrait porter des masques, des gants, des lunettes. Ce n’est pas possible. Donc, le masque, c’est un minimum, même si, encore une fois, ce n’est pas une protection à 100%. Il faut quand même veiller aux conséquences – ( de ce que l’on propage comme message NDLR.) Le pharmacien a un rôle d’exemple à jouer. Le pharmacien doit coopérer à la santé publique. Les initiatives individuelles qui ne vont pas à la rencontre de la santé publique, je le déplore. Il faut suivre les instructions, même si elles ne garantissent pas une protection à 100%. Dans le code de déontologie des pharmaciens, il est inscrit qu’ils doivent œuvrer à la santé publique. Alors même si le masque ne protège pas à 100%, il faut encourager son port."

JT du 27/07/2020 - Morlanwelz : Une pharmacie fait polémique

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK