Montrœul-au-bois : portez une pierre, longez le Mur des Villageois et grimpez vers le menhir

Une petite (ou une grosse) pierre. En route pour le menhir... en passant par le Mur des Villageois.
7 images
Une petite (ou une grosse) pierre. En route pour le menhir... en passant par le Mur des Villageois. - © Pierre Wuidart - RTBF

C’est une promenade bien connue des Montrœulois : la balade du Trou Robin. Les bois, les prés et les points de vue sur les collines alentour suffisent au dépaysement, mais deux nouveautés enrichissent désormais le parcours pour en faire une véritable petite attraction. Il y a d’abord le Mur des Villageois qui rassemble une dizaine de portraits succincts d’hommes et de femmes vivant dans ce village frasnois. Et depuis le premier avril, un bac de pierres invite les visiteurs à participer à une œuvre collective.

Soutenu par la Fondation Roi Baudouin, le Mur des Villageois vise à "rendre visible l’invisible", explique Gatien Bataille, du Collectif montrœulois. "On a remarqué que plein de choses se passent sur Facebook. Des gens y partagent leurs passions. Mais c’est inaccessible à ceux qui sont moins connectés ou qui ne sont pas amis entre eux. L’idée, c’était de rendre cela visible en affichant des portraits d’habitants, avec photos, sur un chemin très fréquenté du village." Lysandre, Maurice, Edmond, Nadine… Pour faire connaissance avec ces Montrœulois, il suffit de longer le mur d’enceinte de l’église.

Trois boucles de deux à cinq kilomètres

Et devant cette église, on trouve donc un bac remplis de moellons de différentes tailles. Et l'on peut en prendre un pour gravir la colline. Cinq cents mètres plus haut, une structure métallique en forme de menhir attend les courageux. "C'est Patrick Jouret qui a réalisé cette œuvre à base de matériaux de récupération. Mais elle n'est pas finie. Elle le sera quand elle sera remplie des cailloux déposés par les promeneurs", précise Gatien Bataille, à l'origine de ce second projet.

Une fois arrivé au sommet et sa pierre déposée, on peut faire une photo à côté du menhir, la partager via une adresse mail et rebrousser chemin ou prolonger la balade. Trois boucles sont indiquées: elles mesurent deux, trois ou cinq kilomètres. Vu le succès, pas sûr qu'il faille attendre l'été avant de voir le menhir rempli.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK