Montigny-le-Tilleul : la dynastie Cornet devrait continuer à exercer le pouvoir

Véronique Cornet, dont le père et le grand-père furent aussi bourgmestres de Montigny-le-Tilleul, devrait facilement garder sa majorité absolue. Aux dernières élections, la libérale avait remporté la majorité absolue, 11 sièges sur 21, mais avait fait monter le CDH d'Anne-Marie Corbisier, 3 sièges. Les deux partis se sont très bien entendus.

La petite enfance, les seniors et le respect du cadre de vie ont été les grands axes de la politique montagnarde dans une commune qui a les moyens d'investir. Le nouvel hôtel de ville est en construction, il y a une nouvelle école à Malfalise et deux bus communaux sont au service de la population.

Bémol au sujet des logements sociaux : 48 sont en train d'être construits mais Montigny veut farouchement garder l'indépendance du Logis Montagnard et ne demande pas de subsides wallons.

La criminalité est en baisse alors que, pourtant, Montigny souffre d'être à la croisée de gros axes routiers qui amènent des visiteurs indésirables.

Mais ce qui agite cette fin de législature, c'est le shéma de structure communal qui a été recalé par la Région. La majorité revendique le fait d'être l'une des 20 plus petites communes de wallonie et veut garder ses espaces verts. Elle rejette la volonté wallonne de redensifier les centres villes.

L'opposition socialiste, emmenée par Sébastien Bousman a du mal à exister, d'autant qu'elle est déforcée par le départ d'Anthony Dufrasne, sa machine à voix, vers Charleroi.

Ecolo avait perdu son  conseiller communal à quelques voix près. Pierre Lemaître espère bien revenir dans le jeu : il dénonce une dictature MR où personne n'a plus voix au chapitre.

Quant à véronique Cornet, elle annonce clairement le jeu : si elle remporte une majorité absolue de 13 sièges, elle dirigera seule la commune. Sinon, elle continuera avec le CDH.

Christine Borowiak