Mont-de-l'Enclus : 4000 masques pour la population, une bonne idée ?

Jean-Pierre Bourdeaud’hui
2 images
Jean-Pierre Bourdeaud’hui - © Pierre Wuidart

La commune de Mont-de-l’Enclus a décidé d’acheter 4000 masques pour sa population. Des masques réutilisables en polyester. Chaque ménage en recevra deux. Et le reste sera distribué aux personnes qui en ont le plus besoin, par leur travail. Cette mesure vise à protéger les habitants quand ils sortent faire leurs courses. Mais elle ne fait pas l’unanimité.

Le bourgmestre de Mont-de-l’Enclus, Jean-Pierre Bourdeaud’huy, a copié cette idée sur Kluisbergen, sa commune voisine flamande. Il s’est mis en contact avec l’entreprise qui produit ces masques. La production doit démarrer ce lundi. Les 4000 masques sont attendus à Mont-de-l’Enclus dans les prochains jours. "Je peux vous assurer que la grande majorité de la population est contente de cette mesure. Plus de 90% applaudit et se dit : ‘Enfin un bourgmestre qui fait quelque chose pour ses habitants’".

Deux masques par ménage

Chaque ménage recevra 2 masques. Et les personnes souvent en contact avec d’autres par leur métier auront droit à une pièce supplémentaire. " Je pense aux infirmiers, aux médecins, aux femmes de ménage… ". Avec cette mesure, le bourgmestre veut rassurer. " Les gens ont peur de sortir. Et pouvoir se promener, faire ses courses avec un masque de protection, c’est une belle mesure de préventionVirginie Guemjom fait partie des 10% qui désapprouvent l’idée : " C’est carrément une incitation à sortir de chez soi. Les gens risquent de se sentir plus en sécurité et de sortir davantage alors que ce n’est pas le cas."

" Regardez dans les pays de l’Est "

Cette conseillère communale de l’opposition est aussi médecin urgentiste. Elle rappelle que de tels masque ne protègent pas ceux qui les portent. Ils servent juste à ne pas transmettre la maladie quand on est soi-même atteint. " Je serais bourgmestre, je proposerais ces masques aux malades avérés confinés chez eux et à leur famille. Car c’est à cela que servent ces masques : à ne propager le virus par la bouche via des petites gouttelettes. ".Regardez ce qui se passe dans les pays de l’Est ", argumente Jean-Pierre Bourdeaud’huy, " le coronavirus n’a pas atteint des seuils comme ici. Et là, le port du masque est obligatoire ". Mais Mont-de-l’Enclus n’est pas une île ", rétorque Virginie Guemjom. " Les habitants vont faire leurs courses en dehors de la commune et ce masque ne les empêchera pas d’attraper le virus. Pour s’en protéger, ils doivent faire comme tout le monde, rester confinés, garder leurs distances avec les autres quand ils vont faire leurs courses et se laver régulièrement les mains ".

" Réservés pour les soignants "

S’il y avait assez de masques pour tout le monde, une telle mesure pourrait s’avérer efficace. Mais pas dans une Belgique où il en manque, estime Marc Van Ranst, virologue et épidémiologiste de la KU Leuven. " Les masques, pour le moment, doivent être réservés au personnel soignant. Si on en avait des millions, on pourrait l’envisager. Mais les masques dans la rue, ça ne marche pas très bien. " Sur l’aspect lavable et réutilisable de ces masques, Virginie Guemjom émet aussi quelques réserves : " On estime qu’une température de 100°C permet de tuer le virus. Mais le lavage à une telle température, ça ne se fait pas. Et le repassage n’est pas adapté à de tels tissus"Pour cet achat de masques, la commune de Mont-de-l’Enclus va débourser environ 8000 euros.

Reportage à Mont-de-l'Enclus dans notre JT de la mi-journée

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK