Mons2015: le BAM, un fameux boulet financier pour la Ville

Le BAM, avec un "B" comme dans "Boulet". Personne ne s'en cache à la Ville. C'est un dossier difficile depuis le début. Dès 2007, les petits fours de l'inauguration étaient à peine engloutis que les premiers défauts avaient surgi. 300 malfaçons au total, des fuites, des fissures. Elio Di Rupo était furieux. L'opposition se déchaînait elle aussi. Mais que faire? Intenter un procès aux architectes et entrepreneurs? Cela aurait eu pour conséquence de tout bloquer. Fermer le musée pour des années ? Impensable, à l'approche de Mons2015.

Il a donc fallu réparer. Colmater. Recommencer. Et puis s'adapter aussi aux exigences du Musée Van Gogh. Pas question de prêter des œuvres si le musée prend l'eau. Ou s'il est une passoire, et que l'on y rentre comme dans un moulin.

Bien d'autres corps de métier ont été consultés. Pompiers, police, services techniques de la Ville... afin de mettre aux normes une fois pour toutes le musée. Le doter de caméras, d'une salle de surveillance, revoir tout l'éclairage, les portes coupe-feu, les plafonds, les ascenseurs...Tout est en chantier. Et pas question de traîner. Car avant Van Gogh, il y aura l'expo Andy Warhol. Fin 2013 déjà!

Charlotte Legrand

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK