Mons: Zombie Kids, une comédie musicale pour enfants signée Saule

Saule, alia Baptiste Lalieu
5 images
Saule, alia Baptiste Lalieu - © Charlotte Legrand

Les Zombies sont de sortie ce week-end, dans les cortèges d'Halloween, mais aussi sur la scène du théâtre Le Manège. Le chanteur Saule s'associe une nouvelle fois à Mons 2015, et propose un spectacle pour enfants "qui déménage". Au menu: des vidéos, des marionnettes qui disent des gros mots et bien sûr beaucoup de chansons. Interview à bâtons rompus du "meneur de revue".

 

Vous avez l'impression d'avoir fait le grand saut, avec Zombie Kids? Oui, c’est une grande première. Ca fait longtemps que mon label me dit ‘t’as pas envie de faire qqch pour les enfants ?', mais j’avais des réticences ! Il y a un côté parfois gnangnan, cul cul la praline, dans la chanson pour enfants. Prendre les gamins pour des personnes qui ont trois neurones. Pourtant, quand on regarde certains dessins animés Pixar, Dreamworks, on se rend compte qu’il y a moyen d’avoir une double lecture! Prenez Tim Burton, l’Etrange Noel de Monsieur Jack : y’a un côté qui plait aux enfants, mais un côté qui plait aussi aux adultes ! Je me suis dit 'tiens, est ce qu’il n’y a pas moyen de faire la même chose, un spectacle pour enfants avec musique originale, histoire originale…qui me plaise aussi à moi. C’était très nouveau pour moi.

L'idée venait de vous?

Non, c’est Mons 2015 qui est venu me trouver, me disant qu’il y avait un budget intéressant pour ce type de projet. Je me suis dit que c'était l’occasion de faire un spectacle avec des gens qui jouent live sur scène, des chanteurs invités, de la vidéo…c’est ambitieux, mais je n’aime pas trop parler de comédie musicale. Ca a un petit côté variétoche...Disons que c’est un conte musical". Zombie Kids est le plus gros projet que j’ai eu sur Mons 2015. Le principal c’est ce spectacle.

 

Et quel est "le pitch" de Zombie Kids...

Alors, il y’a un virus qui s’attaque exclusivement aux enfants et les transforme en zombies. Pas des zombies qui bouffent les autres ! plutôt des zombies en léthargie. Un colonel va intervenir dans l'histoire, et dire aux parents qu’il faut enfermer les enfants contaminés par le virus dans un bunker, leur mettre des vidéos, et s’en occuper comme ça. Une petite fille va parvenir à s’échapper, et à libérer progressivement les autres...

Stoooop! Et comment savez-vous si ça va plaire aux enfants ? Vous avez testé le spectacle?

Oui, sur un jury hyper exigeant! J’ai deux gamins de quatre et huit ans. Un enfant, c’est d’une sincérité absolue. Papa ou pas papa, ils vous disent si ça leur plait ou pas, si ça les ennuie ou pas. Parfois, je me suis rendu compte que je faisais des chansons trop adultes. C'était avec du hip hop, moi ça m’éclatait. Mais eux décrochaient au bout de deux minutes ! Parfois, c’était l’inverse ! Je mettais un morceau, ils voulaient le réécouter trois fois, ils étaient morts de rire. Zombie Kids a été un super terrain d’expérimentation, dans la voiture, le matin, en allant à l’école ! Je faisais également écouter les chansons à mes potes, comme les chansons de Saule.

 

Vous jouez trois fois, sur la scène du théâtre Le Manège, à Mons. Y aura-t-il un "après"?

A la base, ça devait être un "one shot", mais il y a eu un tel engouement, autour de moi, des demandes des écoles etc, le tout sans avoir fait de réelle promo…Donc en 2017 on pourrait sortir un album "Zombie Kids" avec une vraie tournée. Ici, c’est un labo, on va tester le spectacle. Avant de le faire, peut-être, évoluer.

C'est un projet qui vous a pris beaucoup de temps ? Difficile à dire, car je travaille en même temps sur plusieurs projets. Mon quatrième album, un projet avec Dragone à Paris...Disons que je bosse sur Zombie Kids depuis un an, mais pas en continu. Sur scène, je ne serai pas tout seul. Il y a cinq chanteurs, cinq musiciens, Deux gars qui s’occupent de la vidéo, trois marrionnettes. Bref, on est une quinzaine sur ce projet. Et je suis impatient de voir ce que ça va donner!

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK