Maisières: flou autour de la mort d'une fillette lors d'une course-poursuite entre police et migrants

Le Parquet a précisé en milieu d'après-midi les circonstances de l'interpellation d'un nombre important de migrants dans un véhicule dans la nuit de mercredi à jeudi. Vers 3 heures du matin, une camionnette attire l'attention de policiers sur l'autoroute E42 dans la région de Namur. Au terme d'une course poursuite, qui aura mobilisé une trentaine de policiers, la Police des Routes intercepte la camionnette à hauteur de Maisières. Elle fonce alors sur les policiers qui ouvrent le feu. 

Ils étaient trente dans le véhicule

Trente personnes sortent alors du véhicule, 26 adultes, 3 enfants ainsi qu'une fillette de deux ans qui, blessée, est transportée en ambulance.  Elle décédera durant le transport vers l'hôpital.  La cause de sa mort est actuellement inconnue, une autopsie sera réalisée en fin de journée, mais, selon le porte-parole du Parquet, l'hypothèse d'une "blessure par balle qui viendrait des armes des policiers est exclue".  La mère de la petite fille se trouvait dans le véhicule et serait d'origine kurde.

Une enquête judiciaire est ouverte

Les personnes interceptées ont été privées de liberté et sont actuellement interrogées par la Police Judiciaire Fédérale.  À ce stade, les préventions qui pourraient être retenues contre elles sont: entrave méchante à la circulation, homicide et traite des êtres humains.

Précisons que le Comité P a déjà clôturé l'enquête, ce qui signifie qu'il n'y a pas, pour le Comité permanent de contrôles des services de Police, de remise en cause de la manière dont l'intervention policière s'est déroulée.

Vous pouvez entendre ci-dessous l'interview du porte-parole du Parquet Frédéric Bariseau.

 

Frédéric Bariseau. Photo prise par Laurent Dupuis (RTBF)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK