Mons: un nouveau quartier entre la Grand-Place et le Gouvernement provincial

Vue du futur projet (rue de la raquette-gouvernement provincial à l'arrière)
8 images
Vue du futur projet (rue de la raquette-gouvernement provincial à l'arrière) - © NovaMons

L'ancien site "Belgacom" devrait bientôt disparaître, au profit d'un vaste projet immobilier.  135 nouveaux logements, mais aussi des bureaux, du parking, un appart-hôtel, des espaces verts...  Les promoteurs comptent investir 60 millions d'euros pour créer ce nouvel ensemble, en plein centre-ville. L'enquête publique démarre en ce moment. 

Aux abords de la place "De Bootle", nous nous sommes permis un petit sondage. Quel regard les Montois portent-ils sur ce bâtiment, à deux pas de la Grand Place? "Moche, super moche!". "On ne le regrettera pas". "Pour moi, c'est la RTT. Je passe tous les jours en face, c'est un bâtiment emblématique de Mons". "Ca fait des années qu'on parle de l'abattre, non?" Hé bien, ça se précise. 

Deux promoteurs immobiliers belges, Ion et KumpenRed ont racheté ces bâtiments d'après guerre. Ils en sont devenus propriétaires en 2016. Sur les esquisses  on découvre un ensemble de sept bâtiments. La structure très "compacte" de l'ilot Belgacom a disparu. Elle fait place à plusieurs immeubles, espacés par différents "couloirs", des zones vertes.  "Nous avons voulu reproduire l'esprit de cloîtres que l'on retrouve beaucoup dans la ville de Mons", explique Vincent Dupont, architecte chez DDS+.

D'un point de vue esthétique, le projet fait la part belle à la brique. "Brique rouge surtout, mais aussi du gris, et en hauteur des teintes plus cuivrées", détaille Vincent Dupont. Les bâtiments seront relativement hauts, mais moins massifs que l'ancien site Belgacom, "grâce à un travail sur les profondeurs, les proportions, avec des loggias, des balcons".

Une des ambitions du projet est de recréer de la convivialité. Notamment grâce à une place, qui existait autrefois. "La place du marché aux poulets. Au 19ème siècle, c'était un lieu de vie important à Mons. Le bâtiment des télécommunications a empiété sur cette place, qui a finalement disparu. Nous voulons recréer ce lieu de passage, ce sera un petit clin d'œil mais aussi un espace de vie, de rencontre", poursuit Vincent Dupont. À l'autre bout du site, un pôle administratif est prévu, juste en face du gouvernement provincial.  6000 mètres carré de bureau.

"Nous pensons qu'il y a de la demande pour cela. Nous avons approché IDEA, qui nous a dit ne pas savoir répondre aux demandes concernant des espaces de 250 à 300 mètres carré. La régie des bâtiments semble également intéressée par des bureaux pour abriter le personnel des cours et tribunaux".  Sur les plans, l'actuelle place de Bootle disparaît presque complètement, sous les nouvelles constructions.  Et le parking alors? "Il y en aura encore, mais en sous-sol", précise Christophe Hendrickx, chef de projet chez Kumpen Red.  Le projet prévoit environ 400 places: une bonne centaine pour les habitants, d'autres pour les occupants des bureaux. Le reste à destination des visiteurs de passage. Elles seront gérées par un opérateur privé.
 

Les promoteurs immobiliers mettent en avant l'attention qu'ils ont portée au développement durable : toitures plates, certaines végétalisées, un système de chauffage collectif, avec possibilité de se connecter au futur réseau de géothermie (s'il se concrétise bel et bien à Mons). "L'orientation des bâtiments a végalement raiment été pensée en fonction du déplacement du soleil, pour favoriser la lumière, la chaleur. Côté matériaux, nous voulons privilégier ce qui est durable, et local…" conclut Vincent Dupont.

 

Le projet est au stade de l'enquête publique. Le permis de démolition a déjà été accordé. "C'est un chantier d'envergure. Les bâtiments en eux-mêmes sont assez particuliers. Très hauts, constitués de matériaux très lourds. Il reste une cabine haute tension à l'intérieur, du matériel laissé par Belgacom. Lorsque nous avons pris possession du site, nous avons découvert une forêt de câbles spaghettis jaunes. Des câbles sans valeur je précise, très caractéristiques. La grande majorité a déjà été enlevée, mais il faut encore vider, tout cela va prendre du temps", prévient Alain Dubois, développeur pour Kumpen Red.  Si les promoteurs reçoivent tous les feux verts nécessaires, les travaux pourraient débuter fin 2021, pour se terminer en 2024.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK