Mons: les ramasseurs de balle s'activent sur le terrain de l'Ethias Trophy

Les jeunes ramasseurs de balle en piste
2 images
Les jeunes ramasseurs de balle en piste - © Vinciane Votron

L'Ethias trophy bat son plein. Le tournoi de tennis challenger de Mons en est au stade des qualifications ce lundi. Sur le terrain : il y a les joueurs, mais aussi les ramasseurs de balles. Ils sont une trentaine et cela demande une certaine organisation. 

Ils sont six par terrain : deux au filet, quatre dans les coins. Les ramasseurs de balles se relayent pour servir les joueurs de tennis. Durant une semaine, ils enchaînent les matches avec une attention maximale. A une cadence assez intense. Jean-Louis Cassart est le responsable des ramasseurs de balle : "La journée commence ici à 11h, ils doivent s'habiller en ballboys. Quand ils arrivent ici, ils doivent être une demi-heure à l'avance et ils en ont jusqu'à 20h-21h. Une heure de terrain, une heure de récupération. Ils enchaînent jusqu'à sept matches d'affilée. Ça n'arrête pas, c'est l'un à la suite de l'autre, surtout maintenant en période de qualification. C'est le début du tournoi, il y a beaucoup de matches".   

Donner l'essuie

Ils sont une trentaine de jeunes : 18 en journée et 12 en soirée. Les plus jeunes restent en internat toute la semaine. Ils font partie des meilleurs joueurs belges juniors. Anaïs est originaire de Liège: "Voir les joueurs, c'est chouette. On leur demande des autographes. Je reste toute la semaine et je ne vais pas à l'école. Je fais mes devoirs quand j'ai le temps". Ivano fait partie de l'équipe pour la première fois. Il a 9 ans et demi: "J'aime bien être dans les coins parce que je donne l’essuie et les balles. Je suis devant le joueur, je suis tout près de lui. C'est un honneur d'être là. Je voulais tellement faire cela. Je suis très content de ce que je suis en train de faire".

Ecole buissonnière

Durant une semaine, ces élèves sèchent les cours et logent en internat. Ils ont obtenu une dérogation pour s'absenter de l'école. Mais ils reçoivent des devoirs et des leçons pour rattraper leur retard. Les parents viennent souvent faire répéter leurs enfants entre deux matches. Fabienne Platteborze, la maman d'Ivano: "Ils sont absents de l'école pendant les neuf jours du tournoi. Son institutrice lui a préparé le programme de toute la semaine et quand il a des moments de pause, il doit en profiter pour faire des devoirs et ne pas être trop en retard et arrriver avec un maximum de choses faites la semaine prochaine à l'école. Nous, nous nous organisons pour venir le voir régulièrement, lui apporter des petites collations, des petites choses qui lui manquent, l'encourager et le suivre parce que c'est captivant."

Une semaine de vacances en quelque sorte mais bien remplie pour ces enfants âgés de 9 à 13 ans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK